TCHAD - REPORTAGE

Victoire "décisive" de l'armée tchadienne

L'armée tchadienne a défait les rebelles dans la localité d'Am Zoer. La victoire est décisive, selon l'état-major. Regardez le reportage d'Arnaud Zajtman, envoyé spécial de FRANCE 24 à N'Djamena.

Publicité

L’armée tchadienne estime avoir remporté une victoire "décisive"  à Am Zoer, une localité dans l'est du Tchad. Les rebelles, eux, nient cette défaite et affirment avoir perdu 27 hommes et non 160 comme le prétend l’armée. Pourtant, la situation tchadienne semble bel et bien tourner en la faveur du gouvernement d’Idriss Déby.

L’armée tchadienne, munie d’hélicoptères de combat, a contré mercredi les rebelles à coups de rafales de kalachnikovs, à Am Zoer, petite localité de quelques centaines d'habitants située sur un terrain de petites collines sablonneuses et de petits arbustes.

En quelques heures, les soldats ont réussi ce que les rebelles semblaient essayer d'éviter à tout prix : affronter de manière organisée avec le gros de ses troupes et de ses moyens les rebelles, plutôt adeptes de la guérilla ou des offensives surprises. Selon Arnaud Zajtman, envoyé spécial de FRANCE 24 à N’Djamena, la capitale tchadienne, les forces rebelles ont pêché par "leur manque de coordination".
  

L’Alliance nationale, qui regroupe les diverses factions rebelles, "ne fait pas preuve d’unité", explique Roland Marchal, chargé de recherche au CNRS/CERI et spécialiste de la Corne de l'Afrique, avant d’ajouter qu’à l'évidence, "elles n’ont pas encore passé d’accord politique entre elles".


Tous les regards se tournent vers la saison des pluies

Depuis le début de leur offensive lancée le 11 juin dans l’est du pays avec comme but final d’atteindre la capitale, les rebelles ont pris successivement, mais sans y rester longtemps, Goz Beïda, Am-Dam, Biltine et mardi matin Am Zoer.

Dans un premier temps, la progression des rebelles n’a pas semblé rencontrer de véritable opposition de la part des forces gouvernementales qui qualifiaient ces attaques de "coups médiatiques" et d’"intox", pour finalement agir en début de semaine.
 

Le régime au pouvoir a finalement décidé d’intervenir à Am Zoer, "une fois rassemblées ses troupes d’élites. Ce qui a pris un peu de temps", estime le chercheur.


Le gouvernement a donc remporté une bataille à Am Zoer. Pour autant, à N’Djamena, "ni la population, ni le régime [du  président] d’Idriss Déby ne se sentent en sécurité", explique Arnaud Zajtman et ils craignent de nouvelles offensives rebelles "quand la saison des pluies [qui dure de juillet à novembre] sera terminée".
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine