BACCALAUREAT - VIOLENCE

Violences et interpellations sur le Champ de Mars

Dans la nuit de vendredi à samedi, alors que des adolescents fêtaient la fin des épreuves du baccalauréat, des incidents ont éclaté entre plusieurs jeunes. Une douzaine de magasins ont été dégradés. La police a interpellé 29 personnes.

Publicité

Ving-neuf personnes ont été interpellées et vingt-deux placées en garde à vue à la suite des incidents qui ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi sur le Champ de Mars à Paris (VIIe), a déclaré le directeur de la police urbaine de proximité Alain Gardère lors d'une conférence de presse.

Lors de ces incidents entre "250 à 300 jeunes" et les policiers, une "douzaine de magasins ont été dégradés", a déclaré Alain Gardère ajoutant que deux policiers ont été légèrement blessés.

Alain Gardère est ensuite revenu sur le déroulement de la soirée, conforme au récit d'un journaliste de l'AFP qui était sur place.

Des "perturbateurs" s'étaient mêlés aux 4.000 à 7.000 lycéens qui fêtaient dans la bonne humeur la fin des épreuves du baccalauréat, sur les pelouses du Champ de Mars, pour agresser des jeunes et commettre des dégradations. Ils ont aussi jeté des projectiles en direction des forces de l'ordre.

Une trentaine de policiers ont alors riposté en chargeant et en lançant des grenades lacrymogènes, alors que des jeunes gens tentaient de mettre le feu à des poubelles et à des arbres de l'esplanade avant de les repousser sans violence vers l'Ecole militaire, selon le journaliste de l'AFP sur place.

"Ces jeunes avaient le visage dissimulé avec des foulards et des capuches", selon Alain Gardère qui a souligné que ces "jeunes majeurs" venaient pour la plupart des "départements de la périphérie de Paris". "Des photos ont été prises et des enquêtes seront diligentées", a-t-il ajouté.

Le directeur de la police urbaine de proximité a par ailleurs dévoilé le dispositif de sécurité déployé pour la fête de la musique à Paris dans la nuit de samedi à dimanche. "2.200 policiers seront sur le terrain pour les 554 animations autorisées", a-t-il précisé.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine