Accéder au contenu principal

Les affrontements se poursuivent à Tripoli

La ville de Tripoli, dans le nord du Liban, est depuis dimanche le théâtre de combats intercommunautaires entre sunnites soutenant la majorité au pouvoir et alaouites proches de la Syrie. (Récit M. Bertsch)

Publicité

TRIPOLI, Liban - Les affrontements intercommunautaires ont repris lundi dans le nord du Liban, pour la deuxième journée consécutive.

 

 

De source proche des services de sécurité, on indique que six personnes ont été tuées et 48 autres blessées jusqu'à présent dans les fusillades survenues dans la seconde ville du Liban, Tripoli.

 

 

Les combats, qui ont éclaté dimanche à l'aube, se poursuivaient lundi dans les faubourgs de cette ville portuaire majoritairement sunnite, malgré l'accord de trêve conclu entre les partisans sunnites du gouvernement et des groupes armés de la communauté alaouite, proches de l'opposition.

 

 

Plusieurs habitations, des magasins et des voitures ont été endommagés dans les affrontements, dans les quartiers de Bab Tibbaneh (sunnite) et de Djabal Mohsen (alaouite). Des dizaines de familles ont pris la fuite pour se réfugier dans d'autres secteurs de la ville ou dans les villages environnants.

 

 

Tripoli est dominé par la coalition antisyrienne au pouvoir, alors qu'une majorité d'Alaouites entretiennent d'étroites relations avec la Syrie, pays dirigé par un Alaouite et dont le régime est proche de l'opposition libanaise.

 

 

Les Alaouites forment une petite branche du chiisme qui domine le régime baassiste au pouvoir en Syrie. Ils sont peu nombreux au Liban mais avaient gagné en influence politique durant la période de la présence militaire syrienne.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.