NIGERIA

Le principal groupe armé du Nigéria décrète une trêve

Le principal groupe armé du Nigeria, qui a revendiqué des attaques contre des installations pétrolières, a déclaré une trêve. Une attaque avait obligé Shell à fermer un site la semaine dernière, réduisant de 10% la production nigériane.

Publicité

Lisez notre dossier consacré à la hausse des prix du pétrole
 
 

LAGOS - Les rebelles du Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger (Mend), principal mouvement de guérilla de cette région pétrolifère du Nigéria, ont annoncé dimanche qu'ils observeraient à compter de mardi minuit (lundi 23h00 GMT) un cessez-le-feu unilatéral à la demande de leurs aînés. 

 

"Nous respectons l'appel lancé par les anciens du delta du Niger qui demandent de laisser une chance à la paix et au dialogue", a dit le Mend dans un communiqué transmis par courrier électronique. 

 

Le président nigérian Umaru Yar'Adua avait ordonné jeudi aux forces armées de renforcer la sécurité dans la région et de traquer les responsables d'une attaque contre la principale installation de Shell. 

 

Cette attaque contre le gisement de Bonga avait été revendiquée par le Mend et avait obligé Shell à fermer le site, ce qui avait réduit la production nigériane de 10%. 

 

Un oléoduc exploité par le groupe américain Chevron avait également été saboté jeudi soir.

 

 

En réponse à l'initiative de Yar'Adua, le Mend avait mis en garde les travailleurs étrangers du secteur pétrolier, les invitant à partir et laissant craindre une nouvelle flambée de violences. 

 

Les attaques contre des oléoducs et les enlèvements d'employés étrangers ont réduit d'un cinquième la production de pétrole du Nigéria, huitième exportateur mondial, depuis début 2006.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine