TENNIS - WIMBLEDON

Djokovic éliminé, Ivanovic qualifiée de justesse

Alors que Roger Federer, Lleyton Hewitt et Amelie Mauresmo se sont facilement qualifiés pour le troisième tour, Novak Djokovic a subi un échec cuisant face au Russe Marat Safin, et Ana Ivanovic a failli perdre face à la Française Nathalie Dechy.

Publicité

Marat Safin a fait un joli cadeau à Roger Federer, mercredi, en ôtant de sa route vers un sixième titre à Wimbledon Novak Djokovic, son rival le plus dangereux avec Rafael Nadal.

 

Très décevant, le Serbe été balayé en trois sets 6-4, 7-6 (7/3), 6-2 par l'ancien N.1 mondial, qu'on avait pas vu à pareille fête depuis trois bonnes années.

 

L'échec est sévère pour Djokovic, vainqueur de l'Open d'Australie en début d'année et qui avait joué au moins les demi-finales des cinq derniers tournois du Grand Chelem. Le Serbe a toujours dit que Wimbledon était son tournoi préféré, celui qu'il regardait à la télévision quand il était petit.

 

Trop peu agressif du fond du court, il a été très insuffisant au service. Le match s'est même terminé sur les deux dernières de ses dix doubles fautes.

 

"J'ai fait des fautes directes assez inhabituelles, qui n'avaient aucun sens. Quand j'étais dans un bon moment, je ne pouvais pas le faire durer", a dit le N.3 mondial, évoquant une "fatigue mentale" après un début de saison trépidant.

 

Après sa victoire à Melbourne, il avait enchaîné par un succès à Indian Wells, puis sur terre battue à Rome, avant de jouer les demi-finales à Roland-Garros.

 

"Ca faisait longtemps"

 

Le Serbe, qui ne cache pas son ambition de devenir N.1 mondial aussi vite que possible, devra donc encore attendre pour venir durablement troubler le mano a mano entre Nadal et Federer.

 

Quant à Safin, tombé à la 75e place mondiale après trois ans de déboires, il est encore trop tôt pour affirmer qu'il est de retour parmi les joueurs qui comptent sur le circuit. Content de la solidité de son jeu - "ça faisait longtemps que je n'avais pas joué comme ça. Je ne me rappelais plus l'effet que ça faisait ni quand c'était", a-t-il plaisanté -, le Moscovite de 28 ans a admis que la contre-performance de Djokovic l'avait bien aidé.

 

"Il ne m'a pas impressionné aujourd'hui. Il suffisait de bien servir et de bien retourner", a dit le Russe, dont la seule rencontre avec Djokovic remontait à l'Open d'Australie 2005, là où il avait remporté son deuxième et dernier tournoi du Grand Chelem. Cette année-là, le jeune espoir, âgé alors de 18 ans, n'avait marqué que trois jeux.

 

Ivanovic miraculée

 

Federer n'a pas voulu reconnaître que la défaite de Djokovic lui enlevait une épine du pied. "Ca n'a pas rendu ma journée meilleure, c'est mon match qui compte", a-t-il assuré.

 

Le Suisse s'est lui tiré sans difficulté en trois sets 6-3, 6-4, 7-6 (7/3) de son deuxième match face au Suédois Robin Soderling, connu sur le circuit autant pour son caractère de cochon que pour la puissance de son service.

 

Le N.1 mondial n'a eu qu'une petite alerte dans la troisième manche lorsque le Scandinave a servi pour le set.

 

Mercredi a failli être un jour noir pour la Serbie, car Ana Ivanovic, la gagnante du dernier Roland-Garros, est passée à quelques millimètres d'une sortie prématurée au deuxième tour contre Nathalie Dechy, 97e mondiale.

 

Méconnaissable, la nouvelle N.1 mondiale a été sauvée par le filet sur la seconde balle de match obtenue par son adversaire dans la deuxième manche. Sur un coup droit à moitié raté, la balle a hésité sur le sommet de la bande blanche avant de venir mourir du côté de la Française.

 

"Je sais bien que sans ce filet je serais en train de réserver mon billet d'avion. Elle méritait aussi de gagner et j'ai eu de la chance", a avoué la Serbe, vainqueur 6-7 (2/7), 7-6 (7/3), 10-8.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine