ETATS-UNIS - ARMES

Le droit de posséder une arme confirmé par la justice

Par cinq voix contre quatre, la Cour suprême américaine a confirmé jeudi que le droit de chacun à posséder une arme ne pouvait pas être limité au nom de la sécurité publique. (Récit : L. Cuvillier)

Publicité

La Cour suprême américaine a confirmé jeudi que le droit de chacun à posséder une arme était garanti par la Constitution, et qu'il ne pouvait pas être limité au nom de la sécurité publique.

Par 5 voix contre 4, la plus haute juridiction du pays a confirmé l'invalidation d'une loi de la ville de Washington, la capitale du pays, qui interdisait à ses habitants de posséder une arme de poing.

C'est la première fois depuis près de 70 ans que la Cour suprême se prononçait sur cette question ultra-sensible aux Etats-Unis, considérée comme essentielle à l'identité américaine par une grande partie de la population.

Cette décision pourrait permettre aux partisans des armes de remettre en question l'ensemble des lois locales réglementant la possession et le port d'armes, notamment celles instaurées pour lutter contre la criminalité dans des grandes villes comme Chicago ou New York.

La question est liée à l'interprétation du deuxième amendement à la Constitution qui déclare: "une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d'un Etat libre, le droit qu'a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé".

Pour la ville de Washington, l'amendement garantissait un droit collectif à la société à posséder des armes, dans le cadre d'un service de police ou de garde.

Mais la Cour a estimé qu'il garantissait en fait le droit de chaque citoyen à détenir et porter des armes, une interprétation défendue notamment par les millions de membres de la puissante NRA, le lobby des armes.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine