NUCLEAIRE

Malgré le geste de Pyongyang, Washington reste prudent

Tout en saluant la remise par la Corée du Nord de la déclaration détaillant ses programmes nucléaires, les Etats-Unis ont décidé de maintenir certaines sanctions financières à l'encontre de Pyongyang. (Récit : M. Amellal)

Publicité

Les Etats-Unis ont salué jeudi la remise par la Corée du Nord de la déclaration détaillant ses programmes nucléaires et vont commencer le processus pour lever les sanctions qui frappent ce pays.

"Les Etats-Unis saluent la déclaration nord-coréenne sur ses programmes nucléaires. Les développements qui ont eu lieu aujourd'hui constituent une étape importante dans le processus en plusieurs étapes des discussions à six entre la Corée du Nord, la Chine, le Japon, la Russie, la Corée du Sud et les Etats-Unis", a indiqué la porte-parole de la Maison Blanche Dana Perino dans un communiqué.

"Les Etats-Unis vont répondre aux actions de la Corée du Nord en levant les dispositions de la Loi (interdisant) le commerce avec l'ennemi et en annonçant (leur) intention de révoquer la désignation de la Corée du Nord comme un Etat soutenant le terrorisme dans 45 jours", a-t-elle dit.

Durant cette période, les Etats-Unis vont procéder "attentivement" à la vérification de la déclaration, a-t-elle dit.

Le président George W. Bush devait faire une déclaration dans les jardins de la Maison Blanche à 07H40 locales (11H40 GMT).

La Corée du Nord, devenue puissance nucléaire militaire en 2006, a remis jeudi à la Chine, son alliée et l'une des parties prenantes aux négociations pour sa dénucléarisation, une déclaration détaillant ses programmes nucléaires.

Cette déclaration est un élément capital dans un processus qui offre à un des régimes plus les plus fermés au monde la perspective de sortir de son isolement diplomatique.

En échange de sa dénucléarisation, la Corée du Nord a commencé à recevoir une aide énergétique vitale pour ce pays souffrant de pénuries chroniques. Elle peut espérer une normalisation de ses relations avec les Etats-Unis et la communauté internationale, et un traité de paix mettant formellement fin à la guerre de Corée.

La porte-parole de la Maison Blanche a cependant prévenu que la Corée du Nord, que le président George W. Bush avait classée en 2002 sur un "axe du mal" des pays soutenant le terrorisme et cherchant à se doter d'armes de destruction massive, avait encore des obligations à remplir.

"Il y encore beaucoup à faire pour que la Corée du Nord sorte de son isolement", a-t-elle dit.

Elle doit démanteler toutes ses installations nucléaires, remettre son plutonium et résoudre toutes les questions en suspens sur son uranium enrichi et ses activités de prolifération, a-t-elle dit.

"Elle doit mettre fin à ces activités de manière complètement vérifiable", a-t-elle dit.

Le soupçon que la Corée du Nord a mené secrètement un programme d'enrichissement d'uranium et qu'elle a participé clandestinement à la construction d'un réacteur nucléaire en Syrie, autre bête noire des Etats-Unis, passe pour l'une des raisons principales d'un désaccord entre la Corée du Nord et les cinq puissances négociatrices et du retard pris à remettre la déclaration finalement délivrée ce jeudi.

Cette déclaration devait initialement être soumise avant fin 2007.

Les propos de la Maison Blanche laissent entendre que ces questions n'ont pas été résolues par la déclaration alors que la Maison Blanche a longtemps insisté sur le fait que le document devait être complet, exact et vérifiable.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine