ZIMBABWE - PRESIDENTIELLE

Mandela déplore un échec tragique au Zimbabwe

L'ancien président sud-africain a rompu le silence et dénoncé "l'échec tragique" des dirigeants du Zimbabwe. L'actuel président Thabo Mbeki est critiqué pour son manque de fermeté envers Robert Mugabe. (Récit : P. Godart)

Publicité

Lisez notre dossier consacré à l'élection présidentielle au Zimbabwe

 

 

L'ancien président sud-africain Nelson Mandela a rompu le silence qu'il observait sur la situation au Zimbabwe en dénonçant "l'échec tragique" des dirigeants de ce pays.

 

L'ancien chef de l'Etat, qui refusait jusqu'ici de s'exprimer sur des affaires politiques en cours, a fait cette déclaration dans un discours prononcé lors d'un dîner à Londres.

 

Son successeur, le président Thabo Mbeki, a dans le passé été critiqué pour son manque de fermeté envers le président zimbabwéen Robert Mugabe, dont les partisans sont accusés d'avoir multiplié les violences électorales.

 

A Washington, le président américain George Bush a déclaré à l'issue d'une rencontre avec des membres du Conseil de sécurité des Nations unies que le second tour, vendredi, de l'élection présidentielle au Zimbabwe "semble être une mascarade" et il a accusé le gouvernement Mugabe de recourir à l'intimidation.

 

"Vous ne pouvez avoir d'élections libres si on ne laisse pas un candidat faire campagne librement et si ses partisans ne peuvent faire campagne sans crainte d'intimidation", a dit le président américain.

 

Craignant pour la vie de ses partisans, le chef de l'opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai, s'est retiré du second tour, mais la commission électorale du Zimbabwe a déclaré que le scrutin devait être maintenu en dépit de ce retrait.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine