FRANCE - ARCHEOLOGIE

Un site datant du Mésolithique mis au jour à Paris

Le plus ancien site de peuplement jamais trouvé à Paris a été mis au jour mercredi dans le sud de la capitale. Il était occupé par des chasseurs-cueilleurs 5000 ans avant notre ère. (Récit : J. Bodin)

Publicité

Un site de peuplement remontant à plus de 5.000 ans avant notre ère, le plus ancien jamais trouvé à Paris, a été mis au jour dans le XVe arrondissement près de la Seine.

Ce site, qui date du Mésolithique (9.000 à 5.000 ans avant notre ère), a été occupé par des chasseurs-cueilleurs qui ont laissé sur place un grand nombre de pointes de flèches en silex de 1 à 3 cm, un percuteur en grès servant à débiter les lamelles de silex, des grattoirs de silex pour le travail des peaux, des restes de foyer ou encore des os d'animaux, a annoncé mercredi l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap)

Le seul autre site connu du Mésolithique en Ile-de-France se trouve à Rueil-Malmaison.

Les peuples vivant à cette époque-là étaient nomades et chassaient le cerf, le sanglier ou le chevreuil. Selon la responsables des fouilles, Bénédicte Souffi, la zone étudiée (5.000 m2), située entre le boulevard périphérique et la commune d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), a dû être occupée à plusieurs reprises.

De très nombreux éclats de silex ont été découverts, en plus des pointes de flèches. Ceci laisse supposer, selon Bénédicte Souffi, que les peuplades d'alors venaient là pour prendre la matière première, le silex des alluvions de la Seine, et taillaient sur place les pointes de flèche, qu'ils fixaient ensuite à l'aide d'une résine à une hampe de bois.

Parmi les milliers de pièces recueillies sur le site, les archéologues ont trouvé "des fragments d'os qui permettront d'affiner la datation de l'occupation et de déterminer quelles étaient les espèces chassées", s'est félicitée la responsable des fouilles.

La présence d'un foyer laisse entendre que les hommes du Mésolithique ont bivouaqué là, et les éléments trouvés dans le foyer donneront peut-être également des informations sur la végétation de cette période. "On pourrait reconstituer l'environnement de cette région de la fin de la dernière glaciation jusqu'au premier âge du Fer", a estimé Bénédicte Souffi.

Les populations du Mésolithique ont vécu après la disparition du mammouth et du renne, dans un paysage tempéré où la forêt a remplacé la steppe glaciaire.

La zone des fouilles de Paris a été particulièrement bien conservée, selon les archéologues, parce qu'elle a été très tôt recouverte par le limon de la Seine, puis par des remblais de 2 m de haut mis en place au XVIIIe et XIXe siècle pour protéger Paris des crues de la Seine.

Après la fin des fouilles, sera construit sur le site un centre de collecte sélective des déchets du Syctom de l'agglomération parisienne, qui assurera la séparation de 15.000 tonnes de déchets recyclables par an.

Les curieux pourront visiter le site lors d'une journée "portes ouvertes", le 28 juin (62 rue Henry-Farman, Paris XVe, de 10H à 12H et de 14H à 18H).

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine