HOMOSEXUALITE

Gay Pride perturbée en Europe de l'Est

Des dizaines de milliers de personnes à travers le monde ont participé à la marche de la fierté homosexuelle, la Gay Pride. Elle a été perturbée en Bulgarie et en République tchèque par des militants d'extrême droite.

Publicité

Des dizaines de milliers de personnes à travers le monde ont participé samedi à la traditionnelle Gay Pride, parfois pertubée et souvent placée sous haute sécurité.

En Europe occidentale, la marche s'est déroulée dans le calme. En France,  des dizaines de milliers de personnes ont défilé samedi à Paris à l'occasion de la 7e Marche des fiertés lesbiennes, gay, bi et transsexuelles, la Gay Pride française, dont le thème était cette année les discriminations à l'école.

Une banderole "Pour une école sans discrimination" ouvrait le cortège, auquel participait notamment le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë.

En Allemagne, la désormais traditionnelle Gay Pride a été marquée, cette année, par un invité exceptionnel: Rudolf Brazda, 95 ans, le probable dernier survivant des "Triangles roses", ces homosexuels persécutés par les nazis.

En revanche, en Europe de l'est, la Gay Pride a été marquée par des incidents.

Ainsi en Bulgarie, 60 militants extrémistes ont été interpellés par la police à Sofia alors qu'ils tentaient d'empêcher le déroulement d'un défilé à l'initiative de la communauté homosexuelle, le premier du genre en Bulgarie.

Les militants s'en sont pris à la centaine de personnes du cortège, escortés par un nombre similaire de policiers, sur un des boulevards du centre de la capitale bulgare.

En République tchèque, des militants d'extrême droite ont essayé de perturber le défilé dans la deuxième ville de la République tchèque, Brno, contraignant les forces de l'ordre à intervenir.

A la fin du défilé, des gaz lacrymogènes ont été lancés sur les participants et une partie des centaines de badauds qui y assistaient dans le centre-ville de Brno.

Au Mexique, des milliers de personnes ont participé à la marche des homosexuels à Mexico et exigé auprès du président Felipe Calderon qu'il déclare dans son pays le 17 mai journée nationale contre l'homophobie.

Kin Castaneda, le coordinateur général de la marche, a réclamé un changement dans le code pénal pour les crimes odieux contre les homosexuels. "De 1994 à 2004, il y en a eu entre 380 et 450", a-t-il précisé.

Aux Etats-Unis, New York a commémoré cette semaine la "Fierté Gay" autour du 39e anniversaire vendredi de la révolte de Stonewall au Greenwich Village, et ses associations veulent redorer leur blason.

Les associations d'homosexuels espèrent que New York sera le troisième Etat à autoriser le mariage gay, après le Massachussetts et la Californie.

En Israël, plus de 2.000 manifestants avaient défilé jeudi dans le centre-ville de Jérusalem pour le 7e défilé annuel de la communauté homosexuelle, dans une atmosphère beaucoup plus calme que les années précédentes marquées par des tensions avec des juifs ultra-orthodoxes.

Les années précédentes, le défilé s'était souvent déroulé dans un climat tendu, en raison notamment de l'opposition de certains religieux ultra-orthodoxes et de l'extrême droite.

En 2005, un juif orthodoxe extrémiste avait poignardé trois participants de la Gay Pride.
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine