MONGOLIE - ELECTIONS

Les Mongols élisent leurs députés

Les Mongols sont appelés dimanche à élire les 76 députés du Grand Hural, le Parlement mongol. Ils choisiront entre les démocrates, d'un côté, et les anciens communistes du Parti populaire révolutionnaire mongol.

Publicité

Des élections se déroulaient dimanche pour renouveler le parlement de Mongolie, immense pays de seulement 2,6 millions d'habitants enclavé entre la Chine et la Russie.

Quelque 1,5 million d'électeurs étaient appelés à élire les quelque 356 candidats qui se disputaient les 76 sièges du Grand Hural, le parlement de Mongolie.

Dans la capitale, Oulan Bator, de nombreux électeurs ont pris dès l'aube le chemin des isoloirs vêtus de leur costume de fête, le deel.

Malgré de violents orages qui ont provoqué des inondations dans la ville en milieu de journée, la participation était élevée.

En début d'après-midi, la Commission centrale électorale faisait déjà état d'un taux de participation de 50%, alors que le scrutin devait encore se poursuivre pendant plusieurs heures.

Les bureaux de vote fermaient à 22H00 heure locale (14H00 GMT) et les premiers résultats n'étaient pas attendus avant lundi matin.

A l'issue des précédentes législatives de 2004, les Démocrates s'étaient retrouvés quasiment à égalité avec leurs principaux rivaux, les anciens communistes du Parti populaire révolutionnaire mongol (PPRM). Depuis, les deux formations cohabitent cahin-caha au sein d'une coalition largement synonyme de paralysie politique.

Avant le scrutin, aucun des deux partis ne partait en position de favori, les sondages les donnant au coude à coude avec 25% d'intentions de vote chacun. Un tiers des électeurs restaient indécis, tandis que les autres se répartissaient sur des candidats indépendants ou de petits partis, selon l'organisation non-gouvernementale Sant Maral Foundation.

A court d'arguments idéologiques, les Démocrates se sont adressés au porte-monnaie des électeurs, alors que la Mongolie, riche en ressources minières, se débat entre pauvreté et corruption.

Ils ont promis de donner l'équivalent de 550 euros à chaque citoyen. Le PPRM a alors surenchéri, s'engageant à verser 820 euros.

Un tiers de la population de cette ancienne république socialiste vit toujours avec moins de 1,30 euro par jour, malgré une croissance encourageante (+9,9% l'an dernier), principalement alimentée par la hausse des prix des matières premières, notamment le cuivre et l'or.

"Je n'ai voté ni pour les Démocrates ni pour le PPRM", a déclaré Namkhai Sanjid, 74 ans, alors qu'elle quittait un bureau de vote dans le quartier de Sukhbaatar. "Ils sont restés au pouvoir pendant de nombreuses années, mais ils n'ont pas fait assez pour le peuple", a-t-elle dit.

Dans un autre quartier, Yarmag, un groupe de jeunes femmes qui votaient pour la première fois - l'âge légal du vote est de 18 ans - ont déclaré soutenir les Démocrates.

"Les Démocrates sont un parti jeune. Ils ont des idées nouvelles et ils sont créatifs, ils peuvent faire quelque chose de bien pour le pays. Le PPRM a été au pouvoir mais rien n'a changé", a déclaré l'une d'elles, Olzii Enkhzaya.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine