Accéder au contenu principal

Mugabe se dit ouvert au dialogue avec l'opposition

Le président zimbabwéen Robert Mugabe, dont l'élection et la cérémonie d'investiture ont été qualifiées de "farce" par l'opposition, s'est dit ouvert au dialogue avec ses opposants lors de son discours d'investiture.

Publicité

Regardez le reportage de Caroline Dumay et Alex Duval-Smith réalisé à la frontière entre le Zimbabwe et l'Afrique du Sud, "Fuir le Zimbabwe à tout prix"

Consultez aussi notre dossier consacré à l'élection présidentielle au Zimbabwe

 

Le chef de l'Etat zimbabwéen Robert Mugabe, réélu à la tête de l'Etat à l'issue d'un scrutin présidentiel controversé, a dit espérer des négociations rapides avec l'opposition, dimanche lors de son discours d'investiture à Harare.

"J'ai l'espoir que, bientôt, nous mènerons des consultations entre partis politiques de différentes opinions afin d'instaurer un dialogue sérieux qui tempèrent nos différends et débouchent sur une ère d'unité et de coopération", a déclaré M. Mugabe, 84 ans dont 28 au pouvoir.

"Les élections sont passées, notre défi aujourd'hui et dans les années à venir est d'avancer ensemble quelles que soient nos affiliations, unis par une vision commune d'un Zimbabwe prospère", a-t-il ajouté devant un parterre de dignitaires assemblés dans les jardins de la présidence.

 

Les chefs de l'opposition ont réagi sans enthousiame aux paroles de Mugabe, disant qu'il était difficile de croire à son intention d'ouverture.

Le leader de l'opposition, Morgan Tsvangirai, avait largement devancé M. Mugabe au premier tour de la présidentielle le 29 mars, lors d'élections générales qui avaient également signé la défaite du régime aux législatives.

Mais il a préféré jeter l'éponge une semaine avant le second tour, cédant face à l'ampleur des violences déchaînées contre ses partisans.

Seul en lice, le plus vieux chef d'Etat d'Afrique a été réélu avec 90% des suffrages exprimés, lors d'un scrutin marqué par une très forte abstention et des intimidations musclées.

Il s'était déjà dit prêt à négocier avec l'opposition, mais une fois l'élection passée.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.