Accéder au contenu principal

L'Indonésie et le Brésil coopèrent dans les biocarburants

Les dirigeants de l'Indonésie et du Brésil ont signé un accord samedi sur la coopération dans le développement des biocarburants. Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a défendu ce secteur critiqué.

PUBLICITÉ

Le Brésil et l'Indonésie, deux des pays où se trouvent les forêts tropicales parmi les plus vastes du monde, ont décidé samedi de coopérer dans le développement des biocarburants.

Leurs deux présidents ont signé un accord permettant à l'Indonésie d'envoyer des experts au Brésil pour étudier ses biocarburants, à l'issue d'une rencontre sur le changement climatique et l'alimentation.

"Le Brésil a développé le bioéthanol avec succès et l'Indonésie peut apprendre de ses recherches et de son développement", a dit le chef d'Etat indonésien Susilo Bambang Yudhoyono.

Le Brésil, pionnier de l'utilisation massive d'éthanol dans les voitures, mélange le carburant issu de la canne à sucre et le gazole depuis plusieurs décennies, et dispose également d'un parc automobile fonctionnant à l'éthanol pur.

L'Indonésie, plus gros producteur mondial d'huile de palme, cherche également à accroître la consommation de biocarburants pour lutter contre la flambée des cours du pétrole, et espère rendre obligatoire l'utilisation d'un mélange de biogazole d'ici septembre.

Le développement des biocarburants est critiqué par les organisations de défense de l'environnement, qui les considèrent comme l'une des causes principales de la déforestation.

"Personne ne veut préserver nos forêts plus que nous, mais les pays pollueurs devraient commencer à discuter plus sérieusement de la façon de réduire les émissions de gaz à effet de serre", a réagi le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva.

Certains analystes voient également dans les biocarburants l'un des facteurs de l'augmentation des prix agricoles.

L'Indonésie, de son côté, milite pour que les pays les plus riches financent la protection des forêts.

"Ce n'est pas l'éthanol ou la production de biocarburant qui sont responsables de la hausse des prix alimentaires", a affirmé Lula, selon qui l'ouverture des marchés agricoles, dans le cadre des négociations à l'Organisation mondiale du commerce pourrait permettre d'enrayer la crise alimentaire mondiale.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.