Accéder au contenu principal
UNION POUR LA MEDITERRANEE

Les principaux points fondateurs de l'UPM

2 min

Les 43 dirigeants présents au sommet de lancement de l'Union pour la Méditerranée ont lancé six grands projets pour "bâtir ensemble un avenir de paix et de démocratie", selon les termes de leur déclaration commune.

Publicité

Voici les principaux points de l'acte de naissance de l'Union pour la Méditerranée adopté dimanche au sommet de Paris :



Une ambition stratégique

Les 43 pays membres (les 27 Etats membres de l'UE, plus Algérie, Egypte, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, Mauritanie, Syrie, Tunisie, Turquie, Autorité palestinienne, Albanie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro et Monaco) sont "unis (...) par une ambition commune, qui est de bâtir ensemble un avenir de paix, de démocratie, de prospérité et de compréhension humaine, sociale et culturelle".



Six "projets régionaux concrets"

L'UPM veut "traduire" ses objectifs en "projets régionaux concrets". Les participants ont donné dimanche la priorité à six de ces "initiatives clés".

- La dépollution de la Méditerranée : la Commission européenne a déjà présenté en mars des projets concrets qui visent à éliminer 80% des sources de pollution d'ici à 2020 et devraient coûter au moins 2 milliards d'euros.

- La construction d'autoroutes maritimes et terrestres pour améliorer la fluidité du commerce entre les deux rives de la Méditerranée.

- Le renforcement de la protection civile, d'autant plus importante que le bassin méditerranéen est exposé à un risque grandissant de catastrophes naturelles, lié au réchauffement climatique.

- La création d'un plan solaire méditerranéen.

- Le développement d'une université euroméditerranéenne, déjà inaugurée en juin à Portoroz (Slovénie).

- Une initiative pour aider au développement des PME


Organisation

Les participants sont d'accord pour organiser un sommet tous les deux ans, alternativement dans l'UE et dans un des autres pays partenaires.

L'UPM bénéficiera d'une coprésidence, qui sera assurée au Sud pour deux ans non renouvelables par un pays choisi par concensus par les pays du Sud. Pour le Nord, les règles devront respecter les traités européens, mais les détails ont été reporté à novembre. L'Egypte et la France seront les deux premières coprésidentes.

Un secrétariat général sera chargé de lever les fonds et de mener à bien les projets choisis au cours des sommets. Mais le choix du lieu et les détails de fonctionnement de ce secrétariat ont été remis à novembre.

Ces nouvelles structures devraient être opérationnelles "avant la fin de 2008".

L'UPM pourra financer ses projets par diverses sources : participation du secteur privé, budget européen, contribution de tous les Etats participants ou d'autres pays tiers, Banque européenne d'investissement...
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.