Accéder au contenu principal
LETTONIE

Riga, les yeux tournés vers la Méditerranée

2 min

Membre à la fois de l'Union pour la Méditerranée et du Conseil des Etats de la Baltique, la septentrionale Lettonie, avec son port dynamique, Riga, se verrait bien tisser de plus amples relations avec les pays des rives méditerranéennes.

Publicité

Retrouvez notre dossier spécial sur l'Union pour la Méditerranée.
 

Riga est l'un des ports les plus au nord de l'Union pour la Méditerranée (UPM), à plus de 2 000 kilomètres de la "grande bleue". Donnant sur la Baltique,  le port a retrouvé son activité d'antan après un long sommeil sous l’ère soviétique.

 

Plus de 4 000 navires viennent désormais, chaque année, y accoster. La rade est redevenue un important comptoir commercial et constitue un important point de transit entre le grand voisin russe et l'Europe du Nord.

 

"70 % des cargos qui passent par le port de Riga vont en Russie ou en reviennent. Les principaux produits venant de Russie sont des fertilisants agricoles, des produits pétroliers, du charbon", indique M. Makarov, le directeur du développement du port.
 

Depuis 15 ans, la Lettonie est membre d'un club très fermé, celui du Conseil des Etats de la Baltique. Riga vient d'en assurer la présidence tournante aux côtés de dix autres pays partageant avec elle une mer, une histoire et surtout des intérêts communs.

 

"Un modèle pour l'Union pour la Méditerranée"

 

"Je pense que le Conseil des Etats de la Baltique et sa façon de travailler pourraient être un modèle pour l'Union pour la Méditerranée, à la condition que cette coopération soit menée de manière aussi forte et profonde que celle que nous avons ici", souligne Sandra Martinsone, la représentante de la Lettonie au Conseil des Etats de la Baltique.

 

Membre de l'Union Européenne, la Lettonie est de fait membre de l'Union pour la Méditerranée. Vu de Riga, cette curiosité suscite tout au plus un intérêt économique : le pays explorerait bien de nouveaux marchés. L’industrie du bois représente 30 % des exportations lettones et la rive sud de la Méditerranée commence à intéresser.

 

Le trajet jusqu’à la Méditerranée est cependant très long, au moins douze jours de navigation en contournant l’Europe. Une autre voie commerciale est donc étudiée : un canal qui permettrait de relier la mer Baltique à la mer Noire est en projet, une route déjà empruntée par les vikings dix siècles plus tôt...


Et consultez les autres reportages :

Marseille, la ville qui regarde le large

Haïfa, le port de la concorde
Istanbul vise avant tout l'Union européenne

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.