Accéder au contenu principal
ABKHAZIE - GEORGIE

Moscou apporte un soutien timide au plan de paix allemand

3 min

La Russie a finalement apporté un soutien timide au plan de paix proposé par Frank-Walter Steinmeier, ministre allemand en mission dans la région pour tenter d'apaiser les tensions autour de cette région séparatiste pro-russe en Géorgie.

Publicité

La Russie a tempéré quelque peu vendredi son opposition au plan de paix allemand pour la région séparatiste pro-russe d'Abkhazie en Géorgie, reconnaissant qu'il peut contribuer à la recherche d'un compromis.

"Nous pensons que la logique de votre plan est absolument la bonne", a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov à son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier lors d'un point presse à l'issue de leur rencontre à Moscou.

M. Steinmeier, depuis jeudi en mission dans la région pour tenter d'apaiser les tensions très vives autour de cette petite région séparatiste pro-russe en Géorgie, a reconnu que les positions des protagonistes demeuraient encore éloignées les unes des autres. Toutefois, il semble avoir marqué des points auprès des Russes.

L'action de l'Allemagne "est très utile pour la recherche de compromis et d'une sortie de crise", a ainsi jugé le ministre russe. Le plan présenté "est large et aborde des points importants comme le retour des réfugiés et la réhabilitation économique de la région", a-t-il souligné.

Avant la rencontre, le ministre s'était montré nettement plus direct, jugeant même "absolument irréaliste" de vouloir signer en même temps un accord sur le non-recours à la violence et un autre sur le retour des réfugiés.

Pour autant, la Russie ne renonce pas à ses objections: "Ce qui est extrêmement important et a valeur de priorité absolue est que le plan prévoit la signature d'un accord sur un non-recours à la force et des mesures pour une désescalade dans les gorges de Kodori", a répété M. Lavrov en référence à la seule partie de l'Abkhazie encore contrôlée par Tbilissi.

Quant aux séparatistes abkhazes, que le ministre allemand avait rencontré auparavant, ils avaient annoncé qu'ils "rejetaient" en l'état le plan de paix et ne discuteraient pas avec les Géorgiens tant que ceux-ci ne se seraient pas retirés des gorges de Kodori.

"Le plan est inacceptable pour nous en partie à cause de la question des réfugiés", avait déclaré le président de la république autoproclamée d'Abkhazie, Sergueï Bagapch.

Le plan allemand prévoit dans un premier temps la fin des violences et le retour des 250.000 réfugiés géorgiens qui ont quitté l'Abkhazie à l'issue d'une guerre d'indépendance sanglante au début des années 1990, après la chute de l'URSS.

La seconde étape consisterait à développer des projets de reconstruction, la troisième, et sans doute la plus compliquée, viserait à déterminer le futur statut de l'Abkhazie.

Mais l'Abkhazie ne peut voir que d'un mauvais oeil un retour massif de réfugiés géorgiens dans un territoire comptant quelque 250.000 habitants, détenteurs pour la plupart d'un passeport russe.

La Russie, avec près de 3.000 soldats déployés en Abkhazie dans le cadre d'une mission de maintien de la paix, a annoncé en mai un renforcement de ses liens avec la région séparatiste, contiguë à son territoire, où elle joue un rôle clé dans le conflit.

Moscou soupçonne la Géorgie de vouloir reprendre par la force l'Akbhazie et l'Ossétie du Sud, deux territoires autoproclamés indépendants après la chute de l'URSS, avant de concrétiser son projet d'adhésion à l'Otan. Tbilissi accuse de son côté Moscou de chercher à annexer l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, où la Russie a des intérêts économiques.

Les tensions ont conduit à plusieurs incidents armés ces dernières semaines. Quatre personnes ont aussi trouvé la mort dernièrement dans des explosions en Abkhazie.

"Au vu de l'escalade de ces derniers mois, nous avons tous le devoir de contribuer à un apaisement de la situation", a insisté M. Steinmeier.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.