Accéder au contenu principal
AFGHANISTAN - ETATS-UNIS

La situation en Afghanistan est "urgente" selon Obama

3 min

En visite en Afghanistan, Barack Obama a rencontré le président Hamid Karzaï. L'occasion pour les deux hommes d'aborder les dossiers les plus sensibles du pays : la lutte contre le terrorisme, la corruption et le trafic de drogue.

Publicité

KABOUL - Au deuxième jour de sa visite en Afghanistan, le candidat démocrate à la Maison blanche Barack Obama a qualifié dimanche la situation du pays de "précaire et urgente", appelant de ses voeux un renforcement de "la lutte contre le terrorisme".

Reçu dans le palais présidentiel de Kaboul, le sénateur métis s'est entretenu dans la journée avec le chef de l'Etat afghan Hamid Karzaï, évoquant notamment les thèmes de la sécurité dans la région, la lutte contre la corruption et la production de drogue.

A l'issue de cette entrevue privée, Obama s'est exprimé sur les ondes de la chaîne de télévision américaine CBS, estimant que les Etats-Unis devaient renforcer leurs actions en Afghanistan.

"Nous devons comprendre que la situation est précaire, urgente, et je crois qu'il est nécessaire de concentrer tous les efforts sur la lutte contre le terrorisme", a déclaré le candidat démocrate.

"Je pense que la situation est devenue suffisamment urgente pour que nous commencions à faire quelque chose dès maintenant", a-t-il poursuivi, quelques heures après avoir affirmé qu'il était favorable à l'envoi de 7.000 soldats supplémentaires en Afghanistan.

Petit-déjeuner avec des soldats américains

Dans la matinée, Obama avait pris un petit-déjeuner en compagnie de soldats américains, soucieux d'écouter les témoignages de ces hommes afin d'affiner ses intentions en matière de politique étrangère.

Venu dans le cadre d'une délégation du Congrès américain, le candidat métis avait violemment critiqué Karzaï dans des interviews accordés la semaine dernière aux Etats-Unis, estimant, à l'image de nombreux autres personnalités occidentales, que l'action du président afghan était limitée face aux défis posés aujourd'hui à son pays. "Je pense que le gouvernement Karzaï n'est pas sorti de son bunker et n'a pas contribué à remettre sur pied l'Afghanistan - son gouvernement, l'appareil judiciaire et les forces de police -, d'une façon qui redonne confiance à la population. Aussi reste-t-il beaucoup de problèmes", avait notamment déclaré Obama à la chaîne de télévision CNN.

Naguère chouchou de l'Occident, Karzaï se voit aujourd'hui de plus en plus reprocher, dans son pays comme à l'étranger, de ne pas avoir assez sévi contre la corruption rampante, de ne pas avoir éradiqué la production de drogue et de ne pas avoir mis au pas les anciens seigneurs de la guerre.

Dans le cadre de sa tournée à l'étranger, Obama doit également se rendre en Irak, en Jordanie, en Israël, mais aussi en Allemagne, en France, et en Grande-Bretagne.

Ces déplacements visent essentiellement à conforter sa stature d'homme d'Etat international et à faire taire les critiques de ceux qui jugent son expérience trop succinte en matière de politique étrangère.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.