Accéder au contenu principal
ROYAUME-UNI - ETATS-UNIS

Barack Obama reçu à Downing Street

3 min

Barack Obama est arrivé à Londres, dernière étape de sa tournée internationale. Après avoir rencontré Tony Blair, le candidat démocrate à la présidentielle américaine s'est entretenu avec le Premier ministre Gordon Brown.

Publicité

Lisez notre article d'analyse : Obama, superstar en Europe

 

Le candidat démocrate à la présidentielle américaine Barack Obama a bouclé samedi sa tournée internationale avec une dernière étape discrète à Londres, où il a rencontré Gordon Brown pour des entretiens centrés sur l'Irak et l'Afghanistan.

M. Obama est arrivé vers 08h00 GMT à Downing Street, la résidence à Londres du Premier ministre britannique, quelques minutes après s'être entretenu à son hôtel avec le prédécesseur de M. Brown, Tony Blair.

Le sénateur de l'Illinois a serré les mains des officiers de police présents à Downing Street, avant de s'arrêter sur le perron de la résidence pour saluer les journalistes amassés à proximité.

Soucieux de maintenir une stricte neutralité dans l'élection présidentielle américaine, M. Brown a décidé de ne pas s'exprimer publiquement en sa compagnie et de le laisser répondre seul aux questions de la presse, après leur entrevue.

Le même protocole avait été respecté lors de la visite à Londres en mars du candidat républicain à la présidentielle de novembre, John McCain.

Le candidat démocrate devait ensuite être reçu par le principal dirigeant d'opposition en Grande-Bretagne, le conservateur David Cameron, bien placé selon les sondages pour succéder à M. Brown à Downing Street.

M. Obama a reçu à son hôtel M. Blair pour le petit déjeuner, en sa qualité de représentant du Quartette pour le Proche-Orient. Ils ont faire le point sur le processus de paix dans la région, où M. Obama s'est rendu cette semaine, avec des étapes en Jordanie, en Israël et en Cisjordanie.

Les deux hommes ont aussi parlé du changement climatique, un thème sur lequel M. Blair a abondamment travaillé depuis son départ de Downing Street en juin 2007, selon un de ses porte-parole.

L'Irak, l'Afghanistan et le Proche-Orient devaient être au menu des discussions avec M. Brown, qui s'est, comme M. Obama, rendu en début de semaine Irak, en Israël et dans les Territoires palestiniens.

La conseillère à la Sécurité nationale de M. Obama, Wendy Morigi, a souligné vendredi soir qu'il avait apprécié sa précédente rencontre avec M. Brown, en avril à Washington. C'était alors la première fois qu'ils se croisaient. M. Brown s'était également entretenu avec M. McCain à cette occasion.

M. Obama "entend discuter avec lui des défis en matière de sécurité que nous partageons, concernant l'Iran, l'Irak, l'Afghanistan et le Pakistan", a déclaré Mme Morigi. "Il s'attend également à un échange de points de vue sur le changement climatique et la non-prolifération nucléaire."

M. Brown devrait avoir été encouragé par les récents appels de M. Obama à une approche plus multilatérale des Etats-Unis en matière de politique étrangère, ayant lui-même réclamé une telle inflexion de stratégie.

L'un et l'autre sont aussi sur la même ligne concernant la nécessité d'accorder la priorité à l'Afghanistan sur l'Irak.

M. Obama a demandé, jeudi à Berlin, l'aide de l'Europe pour "faire le travail jusqu'au bout" en Afghanistan. Londres n'a de même cessé de faire pression sur ses partenaires européens pour qu'ils envoient de nouvelles troupes dans ce pays.

Le sénateur de l'Illinois a prévu de commencer à retirer les troupes américaines d'Irak dès janvier 2009, et espère que la plupart des soldats américains auront quitté le pays au bout de 16 mois.

M. Brown escompte lui continuer à retirer progressivement le contingent britannique d'Irak, mais s'est refusé à fixer "un calendrier artificiel" de retrait.

Aucune réunion publique n'a été organisée pour cette brève étape londonienne.

Jeudi, M. Obama a prononcé à Berlin un grand discours sur les relations transatlantiques, devant quelque 200.000 personnes enthousiastes. Vendredi, il a rencontré à Paris le président français Nicolas Sarkozy et remercié la France pour son engagement en Afghanistan.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.