Accéder au contenu principal

Un chef du PKK avait évoqué la possibilité d'attentats

Interviewé par la BBC il y a plusieurs semaines, un chef militaire des rebelles kurdes de Turquie avait évoqué la possibilité d'une "campagne d'attentats" contre des cibles économiques et militaires turques.

Publicité

Murat Karayilan, principal chef militaire des rebelles kurdes de Turquie, avait évoqué dans une interview il y a plusieurs semaines la possibilité d'une "campagne d'attentats" contre des cibles économiques et militaires turques, a rapporté lundi la BBC.

La BBC a diffusé une interview du chef de la branche armée du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qu'elle dit avoir obtenue il y a plusieurs semaines, sans donner de date précise, dans les monts Qandil, région du nord de l'Irak où les rebelles kurdes de Turquie disposent de bases.

"Il est possible que nous lancions une campagne d'attentats contre des cibles économiques et militaires dans des villes turques", avait alors déclaré Murat Karayilan, selon la traduction de ses propos par la BBC.

"Si leurs soldats continuent à nous attaquer, nous sommes prêts à faire cela", avait-il ajouté.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré lundi que les deux attentats à la bombe qui ont tué 17 personnes dimanche à Istanbul étaient "le coût" d'une campagne intensifiée contre les rebelles kurdes en Turquie et dans le nord de l'Irak, sans nommer spécifiquement le PKK.

Le PKK a nié toute responsabilité dans les attentats d'Istanbul.

Le PKK est considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, les Etats-Unis et l'Union européenne. Plus de 37.000 personnes ont été tuées depuis qu'il a lancé en 1984 ses opérations armées pour obtenir l'autonomie du sud-est de la Turquie, région majoritairement peuplée de Kurdes.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.