Accéder au contenu principal

Al-Qaïda confirme la mort d'un de ses experts

Al-Qaïda a confirmé, dimanche, la mort d'un de ses plus éminents artificiers et chimistes, l'Egyptien Abou Khabab al-Masri, tué la semaine dernière par un tir de missile probablement américain dans une zone tribale du Pakistan.

Publicité

Al-Qaïda a confirmé la mort d'un de ses experts en armes chimiques et biologiques, Midhat Mursi al-Sayid Umar, dont le décès avait été annoncé récemment par des responsables pakistanais, selon un communiqué diffusé dimanche par un site internet spécialisé.

Umar, également connu sous le nom d'Abou Khabab al-Masri, faisait partie d'un groupe de "héros" qui ont rejoint "la caravane des martyrs", selon le communiqué signé par Moustafa Abou al-Yazid, considéré comme un des plus hauts responsables d'Al-Qaïda en Afghanistan.

L'authenticité de ce communiqué n'a pas pu être confirmée dans l'immédiat de source indépendante mais le texte a été mis en ligne sur un site internet souvent utilisé par des mouvements islamistes.

Des responsables des services de sécurité pakistanais avaient affirmé qu'Umar, un Egyptien de 54 ans, avait été tué lundi dans les zones tribales du Pakistan par un tir de missile probablement d'origine américaine.

Des habitants ont affirmé que la frappe avait été réalisée par un drone américain.

Dans son communiqué, daté du 30 juillet, Al-Qaïda ne précise pas les circonstances de la mort d'Umar. Mais il affirme que l'Egyptien a cherché le "martyre" et a plusieurs fois demandé à ses chefs de lui confier une opération suicide.

Umar, dont la tête avait été mise à prix pour cinq millions de dollars par les Américains, était soupçonné d'avoir entrainé des centaines d'extrémistes dans des camps à la fontière pakistano-afghane.

Le communiqué d'Al-Qaïda parle de lui comme d'un "expert", sans autre précision, et promet qu'il sera vengé.

"Un 'expert' a pu nous quitter mais il laisse derrière lui, grâce à Dieu, des experts qu'il a formés pendant des années" et qui infligeront "d'amères souffrances aux ennemis de Dieu", et "le vengeront lui et ses frères", dit le texte.

La chaîne de télévision américaine CBS avait rapporté ce week-end que le numéro deux d'Al-Qaïda, l'Egyptien Ayman al-Zawahiri, avait été touché dans ce même raid. Mais les talibans pakistanais ont démenti qu'il y ait été blessé ou tué et l'armée pakistanaise a dit ne disposer d'"aucune information" à ce sujet.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.