Accéder au contenu principal

L'amplification des fortes pluies due au réchauffement

Des climatologues ont confirmé le lien supposé entre le réchauffement climatique et l'amplification des très fortes précipitations en étudiant les changements naturels liés au courant marin chaud El Niño dans le Pacifique sud.

Publicité

Des climatologues américains et britanniques ont confirmé le lien entre le réchauffement climatique et l'accroissement des très fortes précipitations en comparant modèles informatiques et observations par satellite, selon une étude publiée jeudi.

L'amplification des pluies d'une intensité extrême s'est même révélée nettement plus grande que ce qu'avaient prévu jusqu'à présent les modèles informatiques, soulignent les auteurs de cette étude parue dans la revue américaine Science datée du 8 août.

Pour comprendre comment les précipitations répondaient au réchauffement du climat, ces chercheurs ont étudié les changements naturels liés au courant marin chaud El Niño dans le Pacifique sud qu'ils ont utilisé comme un laboratoire pour vérifier leurs hypothèses.

En se basant sur vingt ans d'observations faites par des satellites, ces scientifiques ont découvert un lien très clair entre l'intensité extrême des pluies tropicales et la température de l'eau, la fréquence de très fortes précipitations augmentant durant les périodes chaudes et diminuant lors des périodes froides.

"Une atmosphère plus chaude contient davantage d'humidité, ce qui accroît l'intensité des trombes d'eau", explique Brian Soden, professeur de climatologie à l'Université de Miami (sud est), un des co-auteurs de ce rapport.

"La comparaison des observations satellitaires avec les résultats des modèles climatiques informatiques permet de mieux comprendre comment les précipitations répondent au réchauffement du climat", ajoute Richard Allan, de l'Université de Reading en Grande-Bretagne, également co-auteur de cette recherche.

Un des plus grands défis auxquels fait face l'humanité est de s'adapter aux conditions météorologiques extrêmes résultant du réchauffement de la planète, notent ces scientifiques.

Et l'un de ces défis est la plus grande fréquence de très fortes précipitations liée au réchauffement, due à un accroissement des masses humides se condensant dans l'atmosphère.

La fréquence des trombes d'eau qui en résulte accroît le risque d'innondations qui peuvent avoir des conséquences économiques et sociétales dévastatrices, expliquent les auteurs de l'étude.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.