Accéder au contenu principal

L'Espagnol Sanchez sacré devant la Grande Muraille

Au pied de la Grande Muraille, l'Espagnol Samuel Sanchez remporte la médaille d'or de cyclisme sur route après 245 kilomètres de course dans la capitale chinoise. Il devance l'Italien Davide Rebellin et le Suisse Fabian Cancellara.

Publicité

L'Espagnol Samuel Sanchez est devenu champion olympique de cyclisme sur route, samedi à Juyongguan, sur le circuit de la Grande muraille, devant l'Italien Davide Rebellin et le Suisse Fabian Cancellara.


Sanchez a réglé au sprint, jugé en côte, un petit groupe comprenant également le Russe Alexandre Kolobnev, le Luxembourgeois Andy Schleck et l'Australien Michael Rogers, au terme des 245 kilomètres.

Agé de 28 ans, le coureur d'Oviedo (Asturies, nord-ouest de l'Espagne) a suppléé son chef de file théorique, Alejandro Valverde (13e de la course), pour succéder au palmarès à l'Italien Paolo Bettini.

La chaleur (26 degrés Celsius) et l'humidité (90%), dans le décor verdoyant des fortifications séculaires, ont durci la course qui s'était élancée du centre de Pékin.

Le peloton des 143 concurrents a traversé devant un très nombreux public les sites prestigieux de la capitale chinoise à une allure de cyclo-touriste (25 km dans la première heure) avant d'accélérer à l'approche du circuit, long de 23,7 kilomètres.

Un groupe de 26 coureurs (Kirchen, Sastre, Voigt, Bruseghin, Gerrans, Kreuziger, Van den Broeck, Clement et Pauriol entre autres) s'est dégagé avant le premier passage sur la ligne pour compter jusqu'à plus de 5 minutes d'avance sur le peloton (Km 113).

L'échappée a rejoint les premiers attaquants, le Bolivien Horacio Gallardo et le Chilien Patricio Almonacid, qui avaient bénéficié d'un bon de sortie allant jusqu'au quart d'heure. Mais la réaction des équipes de Russie et des Etats-Unis a provoqué l'échec de l'offensive à quelque 65 kilomètres de l'arrivée.

Après l'Italie (Nibali, Pellizotti), l'Espagne a pris la course en mains au début de l'avant-dernier tour. Sous la conduite du vainqueur du récent Tour de France, Carlos Sastre, le peloton a repris les coureurs partis à l'avant (Kuschynski, Pidgornyy, puis Vansummeren, Ljugnqvist, Uran).

L'Autrichien Christian Pfannberger repris à son tour au début du dernier tour, l'Australien Cadel Evans a provoqué la sélection. Il a emmené avec lui une quinzaine de coureurs (Leipheimer et Pineau notamment) avant qu'un quintette (A. Schleck, Rebellin, Rogers, Kolobnev, Sanchez) se forme en tête de ce groupe.

Andy Schleck, qui a relancé à l'approche du sommet, a entraîné Sanchez et Rebellin mais le trio a été repris sous la flamme rouge par Rogers, Kolobnev ainsi que Cancellara, revenu de l'arrière.

Au sprint, Sanchez a signé le plus beau succès de sa carrière, moins de deux semaines après avoir bouclé le Tour de France à la 7e place du classement final.

Plusieurs des postulants au contre-la-montre de mercredi prochain (Schumacher, Clement, Nibali) ont abandonné aux alentours du 200e kilomètre, imités un peu plus loin par l'Espagnol Alberto Contador.

Le triple champion du monde, l'Espagnol Oscar Freire, a lui aussi arrêté prématurément.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.