Accéder au contenu principal

Mugabe et Tsvangirai abordent les derniers litiges

Les négociations sur un partage du pouvoir au Zimbabwe, engagées dimanche pour régler certains points de litige, ont repris. Le leader de l'opposition Morgan Tsvangirai a déclaré espérer un accord ce lundi.

PUBLICITÉ

Consultez notre dossier consacré à l'élection présidentielle au Zimbabwe

  

Les négociations sur un partage du pouvoir au Zimbabwe, engagées la veille pour régler certains points de litige, ont repris lundi après-midi à Harare après une mise en garde du président zimbabwéen Robert Mugabe contre une "recolonisation" du pays.

 

Le leader du Mouvement pour le changement démocratique (MDC, opposition), Morgan Tsvangirai, a dit "espérer" que les discussions sur les derniers points de litige seraient achevées lundi, en réponse à une question des journalistes devant un hôtel du centre de Harare, où se déroulent les pourparlers.

 

Le président Mugabe, arrivé quelques minutes plus tôt avec le commandant en chef des forces armées, et le dirigeant d'une faction dissidente du MDC, Arthur Mutambara, n'ont fait aucune déclaration en entrant dans le bâtiment.

 

En fin de matinée, le plus vieux chef d'Etat d'Afrique, 84 ans dont 28 au pouvoir, avait repris son antienne, s'adressant à ses partisans lors de la cérémonie annuelle dédiée aux "héros" de l'indépendance.

 

"Ne donnons pas le pays à l'ennemi (...) Nous avons gagné notre indépendance", a-t-il déclaré. "Le Zimbabwe n'est pas à vendre et le Zimbabwe ne sera plus jamais une colonie".

 

"Si vous êtes du côté de l'ennemi ou s'il vous utilise, arrêtez. Arrêtez afin que cela ne soit pas une vaine unité. Une fausse unité", a continué le président, en référence aux négociations en cours avec l'opposition. "Ce doit être une unité guidée par des principes de base".

 

Après cette mise en garde, M. Mugabe, qui qualifiait encore récemment le leader Morgan Tsvangirai, de "laquais" de l'ancien colonisateur britannique, a toutefois tendu la main à son rival.

 

"Lorsque quelqu'un fait en sorte que des frères deviennent ennemis, personne ne dit qu'ils n'appartiennent plus à la même famille", a-t-il lancé, avant de féliciter "toutes les parties" pour leur engagement dans ces négociations.

 

Il a remercié son homologue sud-africain Thabo Mbeki, médiateur de l'Afrique australe dans la crise, soulignant sa "patience" durant les pourparlers visant à sortir le pays de la crise née de la défaite historique du régime aux élections générales du 29 mars.

 

"Nous avons passé toute la nuit hier à discuter et sur certains points litigieux, parfois, je bouillais de rage, mais il gardait son sang-froid", a-t-il affirmé.

 

M. Mugabe s'était dit, à l'issue d'une première session de 14 heures de discussions jusque dans la nuit de dimanche à lundi, "confiant" que les points de litige seraient levés par les principaux protagonistes.

 

Le 21 juillet, les chefs de l'opposition et du pouvoir s'étaient engagés à négocier un partage du pouvoir afin de débloquer la situation au Zimbabwe, paralysé depuis la réélection controversée fin juin du chef de l'Etat à l'issue d'un scrutin que l'opposition a boycotté en raison des violences contre ses partisans.

 

Le leader Morgan Tsvangirai, arrivé en tête du premier tour de la présidentielle le 29 mars, exige aujourd'hui le contrôle de l'exécutif. Mais le chef de l'Etat, soutenu par les puissants chefs de l'armée, de la police et des services secrets, n'entend pas céder la présidence, qu'il pourrait conserver avec des fonctions honorifiques lui permettant de se retirer en héros.

 

Selon des informations de la presse sud-africaine, les équipes de négociateurs, qui ont planché pendant près de trois semaines en Afrique du Sud, ont enregistré une avancée décisive en convenant d'une amnistie pour les responsables des violences.

 

Un accord aurait également été conclu sur la question de la terre, dont la redistribution précipitée et violente aux proches du régime et aux petits paysans noirs catalyse les tensions depuis 2000.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.