Accéder au contenu principal

Les négociations se prolongent au Zimbabwe

Robert Mugabe et les dirigeants de l'opposition zimbabwéenne ne sont pas parvenus à un accord sur un partage du pouvoir, après 14 heures d'âpres négociations. Les discussions doivent reprendre lundi.

PUBLICITÉ

Consultez notre dossier consacré à l'élection présidentielle au Zimbabwe

  

HARARE - Le président zimbabwéen Robert Mugabe a annoncé tard dimanche que les discussions avec les dirigeants de l'opposition n'avaient pas permis d'aboutir à un accord mais qu'elles devaient reprendre lundi.

Prié de dire à l'issue d'un marathon de 14 heures de négociations si des progrès avaient été enregistrés, Mugabe a répondu: "Pas encore. Nous n'y sommes pas arrivés mais nous allons continuer demain".

Le chef de l'Etat zimbabwéen semblait d'humeur joviale à sa sortie de l'hôtel d'Harare où se déroulent les discussions sous la médiation du président sud-africain Thabo Mbeki.

Le chef de file de l'opposition, Morgan Tsvangirai n'a pas fait de déclarations à l'issue des discussions qui avaient débuté peu avant midi dimanche, indiquant qu'un communiqué serait probablement diffusé par Mbeki.

La Zanu-PF du président Mugabe, au pouvoir depuis 1980, et le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) de Tsvangirai négocient depuis plus de deux semaines pour surmonter une crise provoquée par la réélection contestée de Mugabe en juin lors d'un scrutin boycotté par l'opposition.

Jeudi, Mugabe avait déclaré que les négociations évoluaient de façon satisfaisante. Il avait cependant qualifié d'absurdes des informations de presse faisant état d'un projet aux termes duquel Tsvangirai deviendrait Premier ministre et disposerait du pouvoir exécutif tandis qu'il resterait président mais avec de simples pouvoirs protocolaires.

Un responsable de la Zanu-PF a déclaré que les négociations avaient franchi un cap important quand le MDC a accepté de reconnaître la légitimité de Mugabe comme président.
La Zanu-PF a de son côté accepté Tsvangirai comme Premier ministre. Le MDC n'a pas fait de commentaires dans l'immédiat.

Dans un article paru dans la presse locale, Mutambara a estimé dimanche qu'un compromis était proche, qu'il avait des limites, mais qu'il représentait "la meilleure mesure temporaire pour sortir le pays de la pire situation qu'il ait connue".
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.