Accéder au contenu principal

Confusion autour d'un accord politique au Zimbabwe

La confusion règne au Zimbabwe autour d'un accord qui aurait été signé, selon le médiateur de la crise Thabo Mbeki, entre le président Mugabe et une faction dissidente d'un parti d'opposition. Cette même faction a démenti la signature.

PUBLICITÉ

Consultez notre dossier consacré à l'élection présidentielle au Zimbabwe

 

 

 

 

HARARE - Le secrétaire général d'une faction dissidente du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) a démenti mercredi la signature d'un accord sur le partage du pouvoir au Zimbabwe avec le président Robert Mugabe.

"Nous n'avons signé aucun accord", a déclaré Welshman Ncube, secrétaire général de la formation dirigée par Arthur Mutambara.

Mardi soir, le président sud-africain Thabo Mbeki, médiateur régional dans les négociations sur un partage du pouvoir, a déclaré que les deux parties s'étaient entendues sur un accord en précisant ne pas savoir si elles l'avaient signé.

"Un accord a été trouvé entre le président Mugabe et le MDC-Mutambara, qui a été signé en présence du président (sud-africain Thabo) Mbeki", médiateur dans les négociations, a déclaré à l'AFP un responsable du parti au pouvoir, la Zanu-PF, sous couvert de l'anonymat.

Les représentants de la Zanu-PF et de la faction dissidente du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) dirigée par Arthur Mutambara poursuivaient leurs discussions dans la nuit de mardi à mercredi pour "mettre au point les détails techniques de la structure du nouveau gouvernement", a précisé la même source.

L'accord, s'il existe, prive M. Tsvangirai de la majorité à la Chambre des députés issue des élections générales du 29 mars, qu'auraient détenue ensemble les deux factions du MDC.

L'opposant avait brusquement quitté dans la soirée de mardi l'hôtel de Harare où se tenaient les pourparlers, après quelques heures de négociations au plus haut niveau, destinées à sortir le Zimbabwe de la paralysie née de la défaite du pouvoir le 29 mars.

Les principaux protagonistes d'un gouvernement d'union avaient entamé de difficiles pourparlers dimanche, accumulant 24 heures de discussions en présence du médiateur Mbeki.
  

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.