Accéder au contenu principal

BP a rouvert un de ses deux gazoducs en Géorgie

Après avoir suspendu le transit du gaz au plus fort du conflit russo-géorgien, la compagnie pétrolière britannique BP a recommencé à utiliser le gazoduc du Caucase Sud (SCP), situé en Géorgie. Le deuxième gazoduc reste fermé.

PUBLICITÉ

La compagnie pétrolière BP a recommencé à injecter du gaz dans le gazoduc Caucase Sud (SCP) situé en Géorgie, après avoir suspendu par précaution les injections pendant le conflit russo-géorgien, a déclaré jeudi à l'AFP un porte-parole de la société britannique.
 

"Nous avons recommencé à pomper du gaz dans le gazoduc", a déclaré à l'AFP un porte-parole du groupe à Londres.

 
Le groupe avait décidé mardi de suspendre par précaution les injections dans ce pipeline, en raison des risques posés par le conflit.

 
Mais le porte-parole a rappelé que le gazoduc avait néanmoins continué à fonctionner, d'importantes quantités de gaz encore présentes dans cette infrastructure continuant à s'écouler vers la Turquie.

 
Le gazoduc SCP relie le champ gazier de Shah Deniz, en mer Caspienne, opéré par BP, à la Turquie, d'où il est ensuite exporté vers les marchés occidentaux.

 
En revanche, l'oléoduc Bakou-Soupsa, qui traverse également la Géorgie, et qui a été fermé par précaution mardi, reste fermé jusqu'à nouvel ordre, a ajouté le porte-parole de BP.

 
"L'oléoduc Bakou-Soupsa reste suspendu pour le moment. Il passe en plein milieu du pays, il suit une route différente du gazoduc Caucase Sud, donc nous sommes toujours en train de revoir les conséquences en termes de sécurité", a-t-il précisé.

 
Enfin, il a rappelé que l'oléoduc BTC (Bakou-Tbilissi-Ceyhan), l'une des principales voies de livraison du pétrole de la mer caspienne vers les marchés occidentaux, restait pour le moment fermé suite à une explosion qui a touché au début du mois le tronçon situé en territoire turc, et qui a été revendiqué par des rebelles séparatistes kurdes.

 
L'incendie provoqué par cette explosion n'a pris fin qu'il y a quelques jours et la société turc BOTAS, chargée de l'opérer, continue d'évaluer la situation, a-t-il poursuivi.

 
La fermeture des oléoducs BTC et Bakou-Soupsa n'a pas cependant interrompu les livraisons du pétrole extrait par BP en mer caspienne.

 
La compagnie britannique a en effet continué à acheminer sa production par rail jusqu'au port de Batoumi sur la Mer Noire, et par un autre oléoduc, Bakou-Novorossisk, qui débouche en Russie.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.