Accéder au contenu principal
POLOGNE - ÉTATS-UNIS

Le Kremlin annule une visite officielle en Pologne

3 min

L'accord sur l'implantation en Pologne du bouclier antimissile américain a suscité des réactions du côté de Moscou. Coïncidence, le ministre des Affaires étrangères russe (photo) a annulé une visite à Varsovie prévue en septembre.

Publicité

Le ministre des affaires étrangères russe Sergueï Lavrov a annulé une visite qu'il devait faire à Varsovie en septembre, probablement en raison de la crise en Géorgie, a affirmé jeudi soir son homologue polonais Radoslaw Sikorski.

Le chef de la diplomatie russe avait prévu de se rendre en Pologne les 10 et 11 septembre. La visite avait été préparée avant le déclenchement du conflit armé entre la Russie et la Géorgie il y a une semaine.

Radoslaw Sikorski a fait cette annonce juste après la conclusion d'un accord entre Washington et Varsovie sur l'installation en Pologne d'éléments du bouclier antimissile américain, un projet vivement combattu par la Russie.

Interrogé sur des informations faisant état de l'annulation de la visite, Radoslaw Sikorski a affirmé : "Nous avons reçu ces informations de nos postes diplomatiques".

"Ces informations nous sont parvenues avant notre décision sur la signature de l'accord sur le bouclier", a-t-il ajouté, en marge d'une cérémonie durant laquelle les négociations américains et polonais ont officiellement paraphé l'accord.

Radoslaw Sikorski a affirmé qu'il pensait que la décision de son homologue russe était liée à la situation en Géorgie.

"J'espère que lorsque la poussière retombera en Géorgie après les batailles, nos relations retourneront au niveau normal que je souhaite", a dit M. Sikorski.

Depuis son arrivée au pouvoir en novembre 2007, le gouvernement libéral du Premier ministre polonais Donald Tusk s'est efforcé d'améliorer les relations entre la Pologne et la Russie, qui s'étaient largement dégradées lors des deux ans de pouvoir des jumeaux Kaczynski.

A la suite d'une visite de Donald Tusk à Moscou en février, le gouvernement polonais a en particulier levé au printemps son veto au lancement de négociations sur un accord économique entre l'Union européenne et la Russie.

La Pologne avait également levé son opposition au lancement de négociations d'adhésion de la Russie à l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Mais ces derniers jours, le président polonais Lech Kaczynski, qui a quelques compétences de politique étrangère malgré ses pouvoirs limités, n'a cessé de condamner la Russie dans les termes les plus virulents après son intervention dans la région séparatiste géorgienne d'Ossétie du Sud.

Lech Kaczynski est allé jusqu'à haranguer les foules à Tbilissi en affirmant que "le temps de la domination russe est terminé".

Le Premier ministre Donald Tusk a pris ses distances avec le voyage de Lech Kaczynski en Géorgie. "La Pologne ne devrait pas être le pays de l'UE qui a les pires relations avec la Russie", a-t-il souligné.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.