Accéder au contenu principal
ÉTATS-UNIS

Barack Obama doit annoncer le nom de son colistier

4 min

Parmi les potentiels vice-présidents au côté du sénateur de l'Illinois : Joe Biden, Evan Bayh, Tim Kaine, Kathleen Sebelius, sans oublier Hillary Clinton. Obama devrait se prononcer ce mercredi.

Publicité

Le candidat démocrate à la Maison Blanche Barack Obama semblait sur le point mardi d'annoncer le nom de son colistier pour le poste de vice-président alors que les derniers sondages confirment que l'écart se resserre avec son adversaire républicain John McCain.

Selon le New York Times, le nom du numéro deux devrait être connu "mercredi matin". Plus prudente, la chaîne Fox news croit savoir que l'annonce interviendra "jeudi ou vendredi".

Quoi qu'il en soit, le suspense touche à sa fin. La convention démocrate débute à Denver (Colorado, ouest) le 25 août. Il est probable que d'ici la fin de la semaine le "ticket" démocrate sera connu. L'équipe de campagne Obama, qui a promis d'avertir les partisans du sénateur de l'Illinois par courriel ou SMS, demeure muette sur le moment et le lieu où l'annonce officielle sera faite.

Côté républicain, le silence est également la règle. Mais plusieurs médias ont indiqué qu'il était probable que M. McCain fasse connaître le nom de son colistier le 29 août, au lendemain de la clôture de la convention démocrate et trois jours avant l'ouverture à Minneapolis-St-Paul (Minnesota, nord) de la convention républicaine. Selon ces médias, M. McCain pourrait annoncer le nom de son colistier à l'occasion d'un rassemblement à Dayton dans l'Etat clef de l'Ohio (nord).

Une seule certitude concernant le 29 août: ce jour là, M. McCain fêtera ses 72 ans. S'il est élu en novembre, M. McCain deviendra le plus vieux président au début de son premier mandat.

Une poignée de noms émergent du côté démocrate. Celui de Joe Biden, 65 ans, un pilier de la scène politique américaine, sénateur sans discontinuer depuis 36 ans et président de la puissante commission des Affaires étrangères du Sénat, revient avec insistance. Mardi, s'exprimant devant le congrès des anciens combattants ayant servi sur les théâtres d'opérations à l'étranger (VFW) réuni à Orlando (Floride, sud-est), M. Obama n'a cité qu'un seul Américain --hormis son adversaire--: Joe Biden.

Les deux autres noms à être fréquemment cités sont ceux de Evan Bayh, 52 ans, sénateur de l'Indiana (nord) et spécialiste des questions de sécurité nationale et Tim Kaine, 50 ans, gouverneur de Virginie (est) un Etat clef dans la perspective de l'élection de novembre.

Deux femmes, la gouverneure du Kansas (centre) Kathleen Sebelius et la sénatrice de New York et ancienne rivale de M. Obama dans la course à l'investiture démocrate, Hillary Clinton, font figure de jokers.

Les experts examinent à la loupe le programme de M. Obama dans les prochains jours. Mardi, le sénateur de l'Illinois devait se rendre en Caroline du Nord (sud-est) après son passage en Floride. Il était attendu mercredi et jeudi en Virginie.

Mais les responsables de campagne de M. Obama ont prévenu qu'il ne fallait pas accorder une importance exagérée à ce programme, expliquant que tout pouvait changer à la dernière minute.

M. Obama a besoin de se relancer alors que l'élection présidentielle est entrée dans sa dernière ligne droite. L'élection est prévue dans 77 jours.

Le conflit entre la Russie et la Géorgie, survenu alors que M. Obama était en vacances à Hawaï, a mis sur le devant de la scène M. McCain. Dès le début du conflit, M. McCain a pris fait et cause pour Tbilissi, rejetant toutes les fautes uniquement sur Moscou. M. Obama, qui a également fermement condamné "l'agression" russe, avait d'abord appelé toutes les parties à la retenue.

Le ton ferme du sénateur de l'Arizona semble avoir séduit l'opinion, selon un sondage publié mardi.

Cette étude, réalisée par l'université Quinnipiac, accorde une avance de cinq point à M. Obama. Le sénateur de l'Illinois est crédité de 47% d'intentions de vote contre 42% pour M. McCain.

Il y a un mois, le même institut accordait une avance de neuf points à M. Obama (50% contre 41%).

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.