Accéder au contenu principal
ESPAGNE - CRASH

Les familles des victimes du crash identifient les corps

3 min

Les familles des victimes de l'accident d'avion en Espagne subissent la douloureuse étape de l'identification des corps. Mercredi, 153 personnes sont mortes dans le crash d'un avion de la compagnie espagnole Spanair à Madrid.

Publicité

 Au lendemain de l'accident, la presse met Spanair en cause

 

Le difficile et douloureux processus d'identification des victimes se poursuivait jeudi dans une Espagne sous le choc au lendemain de l'accident d'avion de mercredi à l'aéroport de Barajas à Madrid qui a fait 153 morts et 19 blessés.

Une cinquantaine de corps avaient été identifiés jeudi. L'avion, un MD-82 de la compagnie espagnole Spanair en phase de décollage, chargé de carburant, s'est embrasé en s'écrasant.

De nombreuses victimes étaient carbonisées et un test ADN sera nécessaire pour près d'une centaine d'entre elles, selon le gouvernement.

La vice-présidente du gouvernement Maria Teresa Fernandez de la Vega a déclaré jeudi qu'une identification par empreinte digitale n'a été possible que pour 59 personnes.

"Nous préparons les proches à ce qu'ils vont voir dans la mesure où normalement les gens s'attendent à ce que les corps soient en bien meilleur état", a déclaré jeudi le psychologue Juan Mari Urruzuno devant le Palais des Congrès de Madrid transformé en morgue.

Au cours de la journée, les témoignages de compassion et de solidarité se sont multipliés en Espagne.

Cinq minutes de silence ont été observées jeudi en milieu de journée par plusieurs centaines de personnes dans le centre-ville de Madrid, et trois jours de deuil ont été décrétés dans la capitale et sa région. Les drapeaux étaient en berne, comme l'immense étendard de la place Colon.

Dans l'après-midi, certains cercueils ont été transférés en corbillard vers le cimetière madrilène de l'Almudena.

Dans l'archipel espagnol des Canaries, destination du vol JK5022 accidenté, beaucoup attendaient aussi de recevoir les cercueils. Selon des données partielles de la compagnie, 79 Canariens figureraient parmi les morts.

Le Roi Juan Carlos et la Reine Sofia se sont rendus au Palais des Congrès pour soutenir les familles et encourager les équipes de soutien psychologique, tandis que le prince héritier Felipe et son épouse Letizia sont allés au chevet des blessés.

Sur les 19 personnes soignées dans six hôpitaux de la région de Madrid, quatre étaient jeudi soir dans un état "très grave" et sept dans un état grave, selon la direction régionale de la santé.

Parmi les 153 morts, il y avait au total 18 passagers étrangers de 11 nationalités différentes, selon la vice-présidente et porte-parole du gouvernement Maria Teresa Fernandez de la Vega.

Le gouvernement a pour l'heure recensé de manière certaine cinq Allemands, deux Français, un Italien, un Bulgare, un Mauritanien, un Turc, un Brésilien, un Indonésien, un Colombien et un Gambien parmi les morts, selon une liste transmise à l'AFP. La nationalité de trois victimes restait à déterminer.

Il faut ajouter à cette liste la Suède, le gouvernement de ce pays ayant annoncé que deux de ses ressortissants étaient dans l'avion, et le gouvernement espagnol ayant recensé un blessé suédois.

Le gouvernement a promis la plus grande diligence dans le travail de la commission d'enquête. Une source proche du ministère de l'Equipement a estimé jeudi que cette enquête pourrait tout de même prendre un an.

La ministre des Infrastructures Magdalena Alvarez a indiqué, concernant l'accident, que l'avion était "monté à 200 pieds, environ 50 mètres avant de tomber", vers 14H45 (12H45) GMT non loin de la piste de décollage.

Les deux boîtes noires retrouvées devraient être exploitables, selon la compagnie Spanair, bien que l'une d'entre elles soit endommagée.

Des regards accusateurs se tournaient vers cette compagnie, la deuxième d'Espagne, qui traverse des difficultés et s'est défendu de toute négligence.

"Tout ce que nous avons fait avec cet avion, nous l'avons fait en respectant les règles et les normes", a déclaré lors d'une conférence de presse à Madrid le directeur général de Spanair, Marcus Hedblom.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.