Accéder au contenu principal

La banque IKB bradée au fonds américain Lone Star

Berlin a cédé IKB, la première banque du pays, au fonds américain Lone Star pour un montant annoncé de 150 millions d'euros. L'État allemand se porte garant à hauteur de 600 millions d'euros en cas d'éventuelles pertes.

Publicité

L'Etat allemand a cédé la banque IKB au fonds américain Lone Star pour 150 millions d'euros, en se portant garant à hauteur de 600 millions d'euros en cas de pertes futures, rapporte la presse allemande samedi.

 

"Dans les cercles informés, le montant annoncé est de 150 millions", écrit le quotidien Die Welt.

 

Le prix de la vente annoncée cette semaine n'a pas été divulgué, mais le président du comité de direction de KfW Wolfgang Kroh avait indiqué jeudi qu'il était compris entre 100 et 500 millions d'euros, un montant selon lui "approprié et positif".

 

Une porte-parole du ministère des Finances, citée dans plusieurs journaux samedi, a indiqué que l'Etat s'était porté garant à hauteur de 600 millions d'euros sur de nouvelles pertes éventuelles d'IKB.

 

La banque IKB, basée à Düsseldorf (ouest), est la première et plus grosse victime allemande de la crise américaine du "subprime".

L'Etat allemand a dû la renflouer plusieurs fois pour lui éviter la faillite, en y injectant depuis l'été dernier plus de 7 milliards d'euros par l'intermédiaire de son bras financier, la banque publique KfW.

 

Berlin peinait à trouver un repreneur. La cession des 90% de parts de KfW à Lone Star, fonds texan spécialisé dans le rachat d'entreprises en difficultés et de créances, lui ôte une très grosse épine du pied.

 

Berlin espérait au départ 700 à 800 millions d'euros. Mais cet espoir a été vite anéanti alors que la valeur en Bourse d'IKB qui a plongé de près de 30% ces 12 derniers mois. Un montant de 500 millions d'euros était considéré comme réaliste par les analystes.

 

Les responsables des affaires budgétaires au sein de l'Union chrétien-démocrate (CDU), Steffen Kampeter, et du parti social-démocrate (SPD), Carsten Schneider, ont tous deux exigé dans le quotidien Süddeutsche Zeitung de samedi des informations "précises" de la part du gouvernement sur "le coût final de l'opération de sauvetage d'IKB" pour les contribuables. Et ce, au cours les prochains jours, a dit M. Kampeter.

 

Ils ont toutefois rejeté d'une commission d'enquête parlementaire, prônée par le parti libéral FDP dans l'opposition, selon qui il en a coûté 130 euros à chaque citoyen.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.