Accéder au contenu principal
THAÏLANDE

Manifestations massives des royalistes thaïlandais

2 min

Des milliers de manifestants royalistes ont encerclé plusieurs ministères et sont déterminés à faire tomber le Premier ministre thaïlandais, Samak Sundaravej, accusé d'être "une marionnette" de l'ex-dirigeant renversé, Thaksin Shinawatra.

Publicité

Des milliers de manifestants royalistes thaïlandais ont investi les rues de Bangkok dans le but de renverser le gouvernement du Premier ministre Samak Sundaravej. Une chaîne de télévision a même été prise d’assaut, alors que le siège du gouvernement et plusieurs ministères sont encerclés par les manifestants.

 

La situation est tendue dans la capitale thaïlandaise, mais la journée s’est néanmoins déroulée sans incident majeur, rapporte Cyril Payen, correspondant de FRANCE 24 en Thaïlande. "Les soldats et les policiers, déployés en nombre à Bangkok, ont fait preuve d’une grande retenue tout au long de la journée", note-t-il, avant d’ajouter : "Cependant, la situation pourrait très rapidement dégénérer, comme cela a déjà été le cas dans l’histoire de la Thaïlande".

 

Jaune royal

 

Parés de jaune, la couleur royale, les manifestants appartiennent à "l'Alliance du peuple pour la démocratie" (PAD), un rassemblement hétéroclite dont le but est le renversement du gouvernement de M. Samak, largement dominé par des alliés de M. Thaksin.

 

L'un des principaux meneurs des manifestants est le magnat de la presse Sondhi Limthongkul, qui était déjà un farouche opposant à l’ancien Premier ministre Thaksin, désormais exilé en Grande-Bretagne pour échapper à la justice. "Ces manifestants sont les mêmes que ceux qui ont rejeté Thaksin Shinawatra, ils prônent le retour des militaires au pouvoir et, d’une certaine manière, ils rejettent le système électoral occidental", explique Cyril Payen.

 

"L'armée et la police ne céderont pas"

 

Le Parti du pouvoir du peuple (PPP) de M. Samak est au pouvoir depuis décembre 2007, après avoir largement remporté les premières élections législatives organisées depuis le coup d'Etat de septembre 2006, contre M. Thaksin.

 

"Je ne céderai pas. Mon gouvernement ne cédera pas. L'armée et la police ne céderont pas", a indiqué Samak Sundaravej, qui s’est pour l’instant refusé à proclamer l'état d'urgence.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.