Accéder au contenu principal
TENNIS - US OPEN

Richard Gasquet tombe d'entrée

4 min

Richard Gasquet, numéro 12 mondial, a chuté au premier tour de l'US Open face à l'Allemand Tommy Haas. Une défaite qui vient ternir un bon premier tour français avec quatre qualifications dans le tableau masculin.

Publicité

Richard Gasquet, tête de série numéro 12, a échoué dès le premier tour de l'US Open, mardi à Flushing Meadows, au contraire de quatre autres Français - Paul-Henri Mathieu, Florent Serra, Jérémy Chardy et Nicolas Devilder - plus vernis par le tirage au sort.
 

Confronté à Tommy Haas, 39e mondial mais ex numéro-deux et très bon joueur de ciment, Richard Gasquet s'est effondré dans un cinquième set largement dominé (6-7 6-4 5-7 7-5 6-2) par le trentenaire allemand. C'est un coup d'arrêt terrible pour l'Héraultais qui avait choisi de faire l'impasse sur les Jeux Olympiques pour aborder plus frais ce dernier Grand Chelem de l'année.

 
"C'était l'adversaire le plus dur pour une tête de série et ça explique la tension que je ressentais en début de match, a dit Richard Gasquet.

"Sa balle est rapide et a provoqué beaucoup de déchets dans mon jeu, notamment en coup droit. La perte du quatrième set me fait mal et, un peu comme face à Andy Murray à Wimbledon, je plonge au début de la manche décisive. Je me suis un peu trop débarrassé de la balle. C'est dommage de perdre mais c'est le tennis", a-t-il continué.

 
Tête de série numéro 24, Paul-Henri Mathieu est sorti vainqueur de son duel fratricide face à Sébastien Grosjean, 70e mondial. Le score (6-7 7-6 6-3 6-2) montre que le Marseillais a raté le coche.

"J'ai eu une balle de deux manches à zéro et si je la fais, je me demande même si Paulo n'arrête tant son attitude était bizarre, a expliqué Sébastien Grosjean. Cela dit, c'était un mauvais match de ma part, je me suis fait infiltrer il y a dix jours pour ne plus ressentir de douleurs à mon épaule droite. J'ai une fissure aux deux tendons et je me pose des questions sur la suite de ma carrière."

 
Paul-Henri Mathieu ne cachait pas son soulagement et sa relative surprise de s'être sorti de ce guêpier.

 
"Ce n'était pas la grande forme, a-t-il confirmé. J'avais mal à la tête, j'étais sans énergie et j'ai fait appel au kiné pour qu'il me donne une aspirine. Une fois revenu à une manche partout, je me suis relâché et j'ai beaucoup mieux servi."

 
CHARDY AFFRONTERA LE TOMBEUR DE GICQUEL

 
Au deuxième tour, l'Alsacien s'attend à une partie difficile face à l'Américain Mardy Fish, 35e mondial après sa finale la semaine dernière à New Haven.
 

Florent Serra, 69e mondial, a profité de l'abandon de l'Allemand Rainer Schuettler à 7-6 6-0 2-0.

"Cela fait du bien de ne pas laisser trop de plumes, a dit Florent Serra. J'avais entendu dire la semaine dernière que Schüttler était malade. Il avait l'air de se plaindre de l'estomac. Le fait que je remporte la première manche en écartant quatre balles de set n'a pas dû l'aider. Contre Karlovic (son adversaire croate au deuxième tour), ça va aller très vite. Il a un gros service. Dès qu'il va avoir l'opportunité, il va monter."

 
Nicolas Devilder, 63e mondial, spécialiste de la terre battue, a signé la première victoire de sa carrière à l'US Open en dominant aisément 6-4 6-2 6-2 l'Espagnol Pablo Andujar, 88e à l'ATP.

"J'ai eu de la chance au tirage car il y a encore trois jours mon adversaire se trouvait en finale d'un Challenger sur terre battue en Espagne. Il a eu très peu de temps pour s'adapter. Je n'ai pas l'impression d'avoir gagné au loto car il a fallu le remporter ce match. Je sais qu'au deuxième tour, face à l'Américain Sam Querrey, ce sera beaucoup plus difficile."

 
Jérémy Chardy, 80e mondial, a enfoncé un peu plus le Portugais Frederico Gil, sa victime à Roland-Garros et Wimbledon.

"Statistiquement, c'est quasiment historique qu'on ait pu se rencontrer trois fois d'affilée en Grand Chelem, a dit Jérémy Chardy. A la fin, je le sentais dégoûté."

Révélation de Roland-Garros, Chardy affrontera au prochain tour le Russe Igor Andreev (n°23), qui s'est montré trop fort pour Marc Gicquel, dominé 7-6 6-4 6-4.

Autre battu tricolore : Laurent Recouderc. Bénéficiant d'une wild-card, le Toulousain, 195e mondial, a cédé face au Luxembourgeois Gilles Muller, 130e mondial et issu des qualifications, en quatre manches 6-4 6-0 4-6 6-4.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.