Accéder au contenu principal
BIRMANIE

La rumeur de grève de la faim d'Aung San Suu Kyi s'amplifie

2 min

La rumeur selon laquelle l'opposante birmane Aung San Suu Kyi aurait entamé une grève de la faim se propage dans toute la Birmanie. Malgré le démenti d'un responsable de la junte militaire.

Publicité

La rumeur d’une grève de la faim entamée par Aung San Suu Kyi pour dénoncer l’absence de progrès politique se propage, depuis quelques jours, dans toute la Birmanie  et suscite une vive inquiétude dans les milieux diplomatiques.

 

Depuis le 15 août dernier, l’icône démocratique, chef de file de l’opposition, n’accepte plus les colis de nourritures que des membres de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie, lui déposent devant le portail de sa villa de la rue de l’Université, en plein cœur de Rangoon, comme c’est le cas chaque semaine depuis sa dernière assignation à résidence.

 

Le prix Nobel de la paix 1991 a passé 13 des 19 dernières années en détention. Et sa dernière arrestation remonte à 2003, après qu’un convoi de son parti a été attaqué par des miliciens pro-gouvernementaux. L’embuscade avait fait plus de 100 morts parmi ses partisans.

 

La junte militaire birmane a formellement rejeté, jeudi, la possibilité d’une grève de la faim de la part d' Aung San Suu Kyi  mais dans les milieux d’opposition exilés, l’inquiétude demeure. L'opposante birmane est apparue très amaigrie sur des images diffusées, il y a quelques mois, à l’occasion de la visite de l’émissaire de l’ONU pour la Birmanie, le diplomate nigérian Ibrahim Gambari.

 

Chez les opposants exilés, qui croient fermement à la thèse de la grève de la faim, on parle d’une "ultime tentative" d’Aung San Suu Kyi. Son refus de rencontrer une nouvelle fois en fin de semaine dernière l’envoyé spécial de Ban Ki-moon, "jugé trop complaisant avec la junte", pourrait leur donner raison.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.