Accéder au contenu principal
RUSSIE - GÉORGIE

Moscou dénonce Washington, Tbilissi réclame des sanctions

4 min

Le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, accuse Washington "d'armer une des parties dans un conflit ethnique" et appelle l'Union européenne, qui se réunit lundi pour évoquer la crise géorgienne, à être "raisonnable".

Publicité

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a lancé une nouvelle diatribe anti-américaine et a appelé l'Union européenne, qui se réunit lundi pour parler de la crise géorgienne, à être "raisonnable", alors que Tbilissi a réclamé samedi des sanctions contre l'élite politique russe.

"Nous savons qu'il y avait (en Géorgie) de nombreux conseillers américains. C'est très mal d'armer une des parties dans un conflit ethnique et ensuite de pousser à régler un problème ethnique par la force", a-t-il indiqué dans un entretien à la chaîne allemande ARD.

M. Poutine a aussi dit "penser que la direction américaine était au courant de l'action qui se préparait et, très probablement, y a pris part".

Il a d'autre part appelé l'UE à juger de façon "vraiment objective" la crise russo-géorgienne et à adopter une "position raisonnable" face à Moscou lors du sommet européen extraordinaire prévu lundi à Bruxelles.

Tbilissi a pour sa part appelé l'Europe à adopter des sanctions contre "l'élite politique" russe, en raison de l'action militaire contre la Géorgie et de la reconnaissance par Moscou de l'indépendance des régions séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud.

"Isoler la Russie n'a pas de sens, mais nous attendons (de l'UE) certaines sanctions qui ne viseront pas la population mais l'élite politique" russe, a déclaré à l'AFP le ministre de la Réintégration des territoires séparatistes géorgiens, Temour Iakobachvili.

Il a dit espérer que, lors du Conseil européen lundi à Bruxelles, l'UE soutiendra la Géorgie "pas seulement en mots mais aussi en actes", alors que Tbilissi a rompu vendredi ses relations diplomatiques avec Moscou.

La diplomatie géorgienne a par ailleurs annoncé qu'elle limitait sévèrement la délivrance de visas aux citoyens russes, qui, à partir du 8 septembre, ne pourront aller en Géorgie que pour rendre visite à leurs familles, pour des raisons "humanitaires" ou pour des voyages d'affaires.

"Ca signifie qu'il n'y aura pas de visas de tourisme", a précisé à l'AFP Khatouna Iossava, une responsable du ministère géorgien des Affaires étrangères.

La présidence française de l'UE a convoqué le sommet de lundi pour définir une position commune sur la crise russo-géorgienne et décider de l'attitude à adopter vis-à-vis de Moscou.

Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a indiqué vendredi que la déclaration des Européens sur la Géorgie irait "plus loin" qu'un simple soutien au plan de paix déjà accepté par Moscou et Tbilissi.

Une source proche du président français Nicolas Sarkozy avait cependant estimé que "l'heure des sanctions n'(était) certainement pas venue".

"Les peurs traditionnelles européennes de rester sans hydrocarbures russes ont joué un rôle décisif", a estimé samedi le quotidien russe Kommersant.

Le ministre tchèque des Affaires étrangères Karel Schwarzenberg s'est lui déclaré favorable à un boycott des jeux Olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi (sud-ouest de la Russie).

"Je trouve qu'organiser une fête de la paix et du sport dans le voisinage immédiat d'un lieu où l'on a massacré et mené une guerre d'agression est une idée étrange", a-t-il jugé.

La présidence américaine a une nouvelle fois insisté sur la nécessité de préserver l'intégrité territoriale de la Géorgie, se disant "consternée que la Russie ne remplisse pas toutes les obligations de l'accord de paix".

La Russie maintient, en plus de troupes en Abkhazie et en Ossétie du Sud, plusieurs positions avancées en territoire géorgien, notamment dans les environs du port de Poti (ouest) où le président géorgien Mikheïl Saakachvili s'est rendu tard vendredi soir sous les applaudissements de la population.

Washington a par ailleurs dénoncé l'accord annoncé vendredi par l'Ossétie du Sud et qui prévoit l'installation de bases militaires dans la région séparatiste.

La Russie et la Géorgie s'accusent mutuellement d'avoir provoqué le conflit les opposant, et qui s'est soldé par une vaste offensive russe le 8 août contre les forces géorgiennes qui tentaient de reprendre le contrôle de l'Ossétie du Sud.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.