ÉTATS-UNIS - OURAGAN

Gustav ralentit sa marche, mais les risques demeurent

Rétrogradé en catégorie 1, Gustav demeure susceptible de provoquer une montée des eaux. Les digues construites après le passage de Katrina n'ont pas toutes été achevées et des quartiers de La Nouvelle-Orléans s'avèrent déjà menacés.

Publicité

 

Le redoutable ouragan Gustav a frappé lundi à la mi-journée les côtes de la Louisiane, où plus de deux millions de personnes avaient été préalablement évacuées, trois ans presque jour pour jour après le passage dévastateur de l'ouragan Katrina.

  

L'évacuation, décrite par les médias comme la plus vaste de l'histoire américaine, a transformé en ville fantôme La Nouvelle-Orléans, battue lundi par des vents violents et des pluies diluviennes qui faisaient déjà déborder un canal et pourraient menacer les digues.

  

Le centre de l'ouragan Gustav a touché les côtes de Louisiane (sud) lundi vers 15H00 GMT, près de Cocodrie, a annoncé le centre national des ouragans (NHC), basé à Miami (sud-est).

  

L'oeil de l'ouragan, rétrogradé lundi en catégorie 1 sur une échelle qui en compte 5, se déplaçait à la vitesse de 24 km/h avec des vents soufflant à 145 km/h, a précisé le NHC qui a averti que Gustav était susceptible d'entraîner une montée des eaux "extrêmement dangereuse", entre trois et quatre mètres au-dessus du niveau normal.

  
"Aucune brèche de constatée"
  

"Les digues sont en bon état et tiennent. Il y a un peu d'eau qui passe au dessus" mais "aucune brèche n'a été constatée", indiquait la mairie à 11H45 (16H45 GMT).

  

"L'ouragan s'affaiblit mais il ralentit et ça c'est une mauvaise nouvelle", a indiqué à l'AFP Jody James, météorologue des services de la météorologie nationale (National Weather Service, NWS).

  

Selon cet expert, "il est trop tôt pour dire" si les conséquences de Gustav seront aussi catastrophiques que celles de Katrina qui avait fait quelque 1.800 morts en Louisiane et dans les Etats voisins après son passage le 29 août 2005.

  

A La Nouvelle-Orléans, l'Industrial canal était sur le point de déborder dans le Ninth Ward, un des quartiers les plus dévastés par Katrina, et trois bateaux ont rompu leurs amarres, risquant d'endomager les parois du canal.

  

"Nous craignons que cela ne déborde", a indiqué le commandant Tim Kurgan du Génie, après une montée des eaux de trois mètres, atteignant le haut du canal dont les parois, qui s'étaient rompues en 2005, avaient été fortifiées après Katrina.

  

"Nous commençons à voir l'eau s'élever dans les rues", a ajouté le garde national David Gooch.

  

David Paulison, directeur de l'Agence fédérale de gestion des situations d'urgences (Fema) s'est voulu toutefois rassurant. Il a assuré que le Génie indiquait "que les digues sont beaucoup plus solides (...) et qu'elles sont bien plus hautes que durant Katrina."

  

"Néanmoins, il reste des points faibles dans le système de digues. Ce n'est pas aussi bien que cela devrait l'être", a-t-il concédé.

  

Un total de 750 gardes nationaux étaient mobilisés à La Nouvelle-Orléans en prévision d'éventuelles opérations de sauvetage.

 

Les premières victimes

 

Selon le gouverneur de Louisiane, Bobby Jindal, Gustav qui a fait plus de 80 morts dans les Caraïbes, pourrait avoir fait ses premières victimes dimanche: trois patients dans un état critique décédés pendant leur évacuation de l'hôpital.

 

Le gouverneur a qualifié lundi en conférence de presse de "bonne nouvelle" la vitesse de 24 km/h de l'ouragan, avant de préciser toutefois que la montée des eaux menaçait toujours La Nouvelle-Orléans.

 

Les installations pétrolières du golfe du Mexique qui concentre un quart de la production de brut des Etats-Unis, ont été presque totalement fermées.

  

Le maire Ray Nagin a également décrété un couvre-feu et averti les pillards qu'ils iraient "directement" en prison. "Nous sommes loin d'être sortis du danger", a-t-il dit.

 
La campagne électorale perturbée

Par ailleurs, Gustav a bouleversé le programme de la convention républicaine qui s'est ouverte lundi à St Paul (Minnesota, nord) pour introniser John McCain comme candidat à la Maison Blanche. La plupart des travaux ont été suspendus jusqu'à nouvel ordre.

  

Le président George W. Bush a décidé de se rendre au Texas (sud) pour superviser la coordination des opérations de secours. La mauvaise gestion de son administration lors de Katrina avait été une catastrophe politique pour lui. "La coordination pour cette tempête est bien meilleure que pendant Katrina", a-t-il indiqué lundi.

  

John McCain a préparé des colis dans l'Ohio (nord) pour de possibles victimes de Gustav.

  

Son rival démocrate Barack Obama a remplacé lundi un discours prévu à Detroit (Michigan, nord) par un appel à l'unité des Américains pour aider les victimes potentielles de l'ouragan Gustav.

  

Les Etats-Unis pourraient faire face à un deuxième ouragan cette semaine, Hanna, mais qui doit atterrir sur la côte est cette fois (Caroline du sud et Georgie) vendredi selon les projections.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine