JAPON - POLITIQUE

Le Premier ministre japonais donne sa démission

Le Premier ministre japonais, Yasuo Fukuda, a démissionné lundi. Après son arrivée au pouvoir, en septembre 2007, sa cote de popularité s'était rapidement effondrée.

Publicité

Le Premier ministre japonais Yasuo Fukuda a annoncé sa démission lundi soir au cours d'une conférence de presse inopinée.

"J'ai décidé de démissionner aujourd'hui. Nous devons nous mettre en ordre de marche pour affronter une nouvelle session parlementaire", a déclaré M. Fukuda.

Arrivé au pouvoir en septembre 2007, auréolé alors de 60% d'opinions favorables, M. Fukuda a vu rapidement s'effondrer sa popularité.

Il a dû affronter depuis l'opposition résolue du Parti démocrate du Japon (PDJ, centre), qui tient la chambre haute du Parlement, alors que le Parti Libéral démocrate de M. Fukuda (PLD, droite, au pouvoir) est majoritaire à la chambre basse.

"Au vu des politiques qui doivent être menées, j'ai pris la décision (de démissionner) à la fin de la semaine dernière", a expliqué M. Fukuda aux journalistes.

Il a ajouté que le PLD devait désormais se trouver un nouveau président qui deviendrait le nouveau Premier ministre du Japon.

"Désigner quelqu'un d'autre à cette place fera sans doute une différence", a estimé M. Fukuda.

Le candidat le mieux placé pour succéder à M. Fukuda semble être Taro Aso, le secrétaire général du PLD, très à droite, promu à ce poste il y a un mois à l'occasion d'un remaniement ministériel et d'une redistribution des responsabilités au sein du parti au pouvoir.

Des élections législatives sont prévues en septembre 2009. Face à l'impopularité de M. Fukuda, des voix s'étaient élevées au sein du PLD pour qu'il démissionne.

Le PDJ réclame pour sa part des élections législatives anticipées depuis sa victoire aux élections sénatoriales de juillet 2007.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine