Accéder au contenu principal

Démarrage laborieux pour la convention républicaine

George W. Bush doit s'exprimer devant la convention républicaine et donner un second souffle au rassemblement, plombé par le passage de l'ouragan Gustav et l'annonce de la grossesse de la fille de Sarah Palin.

Publicité

Lisez les réactions des blogueurs républicains

 
Et aussi l'analyse de Jean-Bernard Cadier : le test de la grossesse pour McCain

 

La convention républicaine s'est ouverte à St Paul, dans le Minnesota, dans une ambiance maussade, l'arrivée de l'ouragan Gustav, les manifestations anti-Bush et l'annonce de la grossesse de la fille de Sarah Palin ayant jeté un froid sur le grand rassemblement qui doit investir officiellement John McCain.

Estimant que les images télévisées des festivités républicaines seraient mal venues au moment où Gustav s'abattait sur le littoral du golfe du Mexique, John McCain et son parti ont réduit lundi la séance inaugurale à des discussions d'ordre formel et à des appels pour l'aide aux sinistrés.

Les organisateurs ont aussi renoncé à un discours prévu du président George Bush. D'après plusieurs chaînes de télévision, Bush pourrait s'adresser à la convention mardi. La Maison blanche n'a pas confirmé l'information, précisant simplement que le président n'avait aucun engagement officiel ce jour.

Lundi, l'événement est venu de Sarah Palin, la colistière du sénateur de l'Arizona, qui a annoncé que sa fille Bristol, âgée de 17 ans, était enceinte et avait l'intention de garder l'enfant et d'épouser le père.

Le couple Palin a expliqué avoir annoncé la nouvelle pour contrer les rumeurs propagées sur internet, selon lesquelles le plus jeune fils de Sarah Palin, âgé de cinq mois, serait en fait celui de sa fille Bristol.

Le clan républicain a fait front autour de la candidate à la vice-présidence. "Je pense qu'elle est remarquable", a déclaré Cindy McCain, la femme du candidat, à la chaîne de télévision Fox News. "Elle est vraiment le complément idéal de mon mari."

Fin de la trêve

Mardi, la trêve de facto observée par les deux camps dans l'attente du passage de Gustav devrait laisser place à une reprise des hostilités.

Entre autres personnalités attendues à la tribune figure le sénateur démocrate indépendant du Connecticut Joe Liberman.

"Je ne vais pas passer mon temps ce soir à attaquer le sénateur Obama", a-t-il déclaré à CNN. "Je vais parler aux gens présents dans la salle mais aussi, je l'espère, aux indépendants et aux démocrates à travers l'Amérique en leur expliquant pourquoi moi, en tant que démocrate indépendant, je vote pour John McCain."

L'absence de Bush, lundi, n'a pas dissuadé une foule estimée à 10.000 manifestants d'agiter des pancartes et de scander des slogans hostiles au président et à la guerre en Irak devant le bâtiment où étaient réunis les républicains.

Des heurts ont opposé la police à des centaines de protestataires en marge de la manifestation. Au moins 130 d'entre eux ont été arrêtés.

La convention, qui s'achèvera jeudi, devrait culminer mercredi avec l'investiture formelle de John McCain et de Sarah Palin, qui affronteront à l'élection du 4 novembre le démocrate Barack Obama et son colistier Joe Biden, sénateur du Delaware.

Un membre de l'équipe de campagne de John McCain a indiqué qu'il avait collecté 47 millions de dollars de dons en août, son meilleur résultat à ce jour, dont dix millions de dollars depuis l'annonce du choix de sa colistière.

Le grand rassemblement républicain s'est ouvert quatre jours après la fin de la convention démocrate conclue par un discours de Barack Obama devant 75.000 personnes dans un stade de Denver.

Un sondage CBS News le crédite de 48% d'intentions de vote contre 40% pour John McCain. Il a été réalisé de vendredi à dimanche, soit après la convention démocrate et la désignation de Sarah Palin comme colistière de McCain. Le sénateur de l'Illinois comptait une avance de trois points avant le rassemblement de Denver.

Un autre sondage publié par USA Today créditait le sénateur métis de sept points d'avance, soit une hausse de quatre points engrangée après la convention de son parti.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.