ÉDUCATION - RENTRÉE

Les écoliers français de retour dans les salles de classe

Quelque 12 millions d'élèves et 870 000 enseignants retrouvent les salles de classes. Les syndicats, eux, ont prévu une journée nationale d'action le 11 septembre afin de protester contre les réformes et les suppressions de poste.

Publicité

Pour 12 millions de petits Français, les vacances se sont terminées ce mardi. La rentrée 2008 s’accompagne d’un lot de réformes touchant, notamment, l’école primaire.


Pour les enfants du CP au CM2, finie l’école le samedi matin. La semaine scolaire est donc amputée de deux heures de cours. Deux heures qui seront récupérées par les élèves en difficulté, sous forme de cours de soutien à partir d’octobre.


A nouvelle rentrée, nouveau programme. Celui de l’année scolaire 2008-2009 met un accent particulier sur le français et les mathématiques pour mettre un terme "à la dégradation persistante des performances de notre système éducatif", selon Xavier Darcos, ministre de l’Education nationale. Le ministre cite des "enquêtes nationales et internationales" qui font état de "graves lacunes en lecture, écriture et calcul" chez 15 % à 20 % des élèves sortant de l’école primaire.


Les collèges et lycées ne sont pas épargnés par la refonte du programme. Pour pallier les légendaires lacunes linguistiques des Français, un "handicap", selon Xavier Darcos, celui-ci a annoncé "des semaines de stages d’anglais oral intensif" et de "l’anglais de manière soutenue" au cours d’heures d’accompagnement éducatif quotidiennes. Ces dispositifs gratuits d’aide (accompagnement gratuit après la classe) seront mis en place dans tous les collèges et au sein de 4 000 écoles et 200 lycées en difficulté.

 

Par ailleurs, en cas "d’absence imprévisible" d’un professeur et de son non-remplacement, ou en cas de grève, Xavier Darcos a déclaré qu’il "appartient désormais à l'Etat […] de financer l'organisation d'un dispositif d'accueil par les communes" pour les élèves de primaire.


Moins d’enseignants


La prime de 1 500 euros attribuée aux jeunes professeurs pour leur première année d’exercice n’empêche pas la grogne du corps enseignant. Pour mettre en œuvre ce nouveau programme, les établissements scolaires devront en effet compter sur 11 200 postes en moins par rapport à l’année dernière. Le ministre de l’Education nationale a également annoncé le non-remplacement d’environ 13 500 départs en retraite pour la rentrée 2009.


Les enseignants ont d’ores et déjà annoncé une journée d’action nationale le 11 septembre prochain, sans appel national à la grève. L'objectif est de "dénoncer les conséquences des 11 200 suppressions de poste du budget 2008 et les 13 500 annoncées au budget 2009", a déclaré Patrick Gonthier, le secrétaire général de l'Unsa-Education. "Le contexte économique difficile prouve que cet effort est nécessaire", répond Xavier Darcos, avant d’ajouter "grâce à la décrue démographique, nous aurons moins d’élèves dans le second degré".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine