Accéder au contenu principal
FRANCE - AUTOMOBILE

General Motors envisage de fermer son seul site français

2 min

Le constructeur automobile américain General Motors a annoncé étudier une "possible vente" de son usine de Strasbourg, la seule implantée en France. Au grand dam de ses 1 260 salariés qui se disent prêts à se mobiliser.

Publicité

Les salariés du site General Motors de Strasbourg, dont la direction a indiqué vendredi la "possible vente" et qui emploie 1.260 personnes, "n'ont plus rien à perdre" et sont "prêts à se mobiliser", selon les syndicats interrogés lundi par l'AFP.

"Les gens refusent de se laisser vendre pour trois sous, ils sont prêts à se mobiliser", a indiqué à l'AFP Roland Robert, délégué CGT, qui s'exprimait à l'issue d'une réunion d'information syndicats-salariés qui a réuni 370 personnes lundi matin.

Aucune décision quant à une éventuelle mobilisation n'a été prise, a-t-il précisé. "La direction nous dit qu'aucune information ne filtrera pendant un mois et demi mais les gens ne veulent pas attendre, ils n'ont plus rien à perdre", a-t-il encore martelé.

"Les salariés sont abattus mais beaucoup sont prêts à bouger", a confirmé Jorge Ruivo, délégué FO, qui rapportent que les personnels "ne veulent pas se laisser marcher sur les pieds (...) Ca va sûrement bouger".

"Quatre repreneurs" seraient d'ores et déjà interressés par le site, a-t-il ajouté, sans toutefois fournir de noms.

Les salariés ont par ailleurs mandaté deux élus de la CFDT (majoritaire) pour se rendre au comité central européen de GM qui se tient cette semaine à Vienne, en Autriche.

Ils interrogeront la direction "sur l'identité du repreneur potentiel, la date de la cession et les garanties" en termes de salaires, d'investissements sur le site, d'acquis sociaux et d'emploi, selon Jean-Marc Ruhland, élu au comité européen du groupe.

Les réponses seront discutées lors d'une nouvelle réunion lundi avec les employés qui décideront alors des éventuelles actions à mener, a-t-il ajouté.

Des action de type "débrayages" sont préférables à une grève "de longue durée" qui "ferait le jeu de la direction" dans un contexte de baisse de la production, a estimé M. Ruhland.

Le premier constructeur automobile américain General Motors a indiqué vendredi qu'elle menait une "étude stratégique" en vue "d'une possible vente" de son usine de fabrication de boîtes de vitesses à Strasbourg.

L'usine de Strasbourg, la seule de GM en France, emploie 1.260 salariés. Elle a produit plus de 336.000 boîtes de vitesses automatiques en 2007.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.