ESPAGNE - CHÔMAGE

L'Espagne face à une forte montée du chômage

Le taux de chômage en Espagne a atteint, en août, son plus haut niveau depuis dix ans et a bondi de 25 % en un an, confirmant ainsi la menace de récession qui pèse sur la quatrième économie de la zone euro.

Publicité

Chaque jour ou presque, de nouveaux indicateurs économiques confirment la grave crise économique que traverse l'Espagne. Aujourd'hui, une barrière psychologique vient encore d'être franchie avec la publication des chiffres du chômage du mois d'août. Le nombre de chômeurs dépasse le seuil de 2,5 millions. En un an, le taux de chômage est passé de 7,9 % de la population active à 10,4%, soit une augmentation de 24,7 %.

 

La hausse du chômage concerne en premier lieu les activités liées au secteur du bâtiment. Dans la construction, le chômage a fait un bond de 71 % au cours de la dernière année écoulée. Cette baisse significative d'activité touche de plein fouet les immigrés qui travaillent dans ce secteur, dont le taux de chômage a doublé.

 

Ces chiffres s'ajoutent à la liste des mauvaises nouvelles pour l'économie espagnole. La consommation a sensiblement baissé (les ventes dans le commerce ont chuté de 5 %), les ventes d'automobiles ont plongé de plus de 40 % et la crise de l'immobilier se poursuit (le nombre de compromis de vente d'appartements a chuté de 80 %).

 

Selon le quotidien El Pais, le chef du gouvernement José Luis Rodriguez Zapatero s'adressera aux parlementaires sur la question du chômage la semaine prochaine. Et les mesures "d'austérité", selon les propres mots du ministre de l'Économie Pedro Solbes, ne se sont pas fait attendre. Pour la première fois dans l'histoire de la démocratie espagnole, la proposition de budget 2009 prévoit ainsi de baisser les fonds de l'Etat alloués aux 8 000 mairies, qui se disent déjà prises à la gorge.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine