Accéder au contenu principal

Le test de la grossesse pour McCain

Sarah Palin, la colistière du candidat républicain à la Maison Blanche John McCain, a annoncé que sa fille, âgée de 17 ans, était enceinte. Lisez l'analyse de Jean-Bernard Cadier.

Publicité

 

John McCain a surpris tout le monde en désignant, vendredi dernier, Sarah Palin comme sa colistière pour l’élection présidentielle. Visiblement, il aurait préféré choisir un de ses vieux compagnons de route comme Joe Libermann ou Tom Ridge, mais ses conseillers lui ont montré la semaine dernière des sondages préoccupants indiquant que le choix de ces deux hommes, considérés comme pro-avortement, pourrait mécontenter l’électorat conservateur et lui coûter l’élection. D’où sa décision de trouver un colistier anti-avortement, et tant qu’à faire de choisir une femme pour tenter de récupérer quelques démocrates déçus par le retrait d’Hillary Clinton.

 

Sarah Palin a le profil idéal pour séduire l’Amérique conservatrice, pratiquante et attachée au droit de porter une arme, cette Amérique que l’on n’aime pas beaucoup dans le reste du monde mais qui finit par faire et défaire les élections présidentielles. Mère de famille et gouverneure à 44 ans, elle peut être un modèle pour toutes les Américaines qui peinent à concilier vie familiale et vie professionnelle.

John McCain a rencontré Sarah Palin pour la première fois jeudi dernier. Quelques minutes après, il lui proposait de devenir sa colistière.

 

Coup de génie ou erreur fatale ? Lundi, la révélation de la grossesse de la fille de Sarah Palin, célibataire et âgée de 17 ans, ne pouvait que mettre John McCain en difficulté. Son entourage affirme qu’il n’a pas découvert la nouvelle à ce moment-là mais reste très imprécis sur le moment où il a été informé de "l’heureux événement". D’autres révélations ont suivi, embarrassantes mais pas forcément graves : son mari arrêté il y a 22 ans pour conduite en état d’ivresse, l’accusation selon laquelle elle serait intervenue pour faire renvoyer son ancien beau-frère de la police et même une période de soutien à un mouvement indépendantiste de l’Alaska !

 

Au mieux, John McCain aura réussi à relancer sa campagne en concentrant l’attention sur une jeune femme originale qui pourrait estomper l’attrait suscité par Barack Obama. Mais même dans ce cas, même s’il réussit son pari, on se demandera si celui-ci n’était pas un peu osé.

Au pire, d’autres révélations apparaissent, sachant que les plus graves dans ces circonstances sont celles qui impliquent une quelconque forme de mensonge et John McCain sera confronté à une crise majeure. A la légèreté qui consiste à sélectionner une colistière sans prendre toutes les précautions, il ajouterait une faute majeure : faire courir au pays (et au reste du monde) le risque d’avoir, un jour, à la Maison Blanche une dame qui, même si elle est une mère de famille courageuse, n’est pas à la hauteur de la situation. Lorsque le premier de la liste a 72 ans, la probabilité n’est pas seulement théorique…

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.