Accéder au contenu principal

Débuts prometteurs des négociations sur Chypre

Pendant plus d’une heure et dans un climat des plus chaleureux, les dirigeants chypriotes, Dimitri Christofias et Mehemet Ali Talat se sont rencontrés pour la cinquième fois sous l’égide des Nations unies, sur la zone tampon de l’île.

Publicité

Regardez aussi notre reportage Chypre : vers la chute du dernier mur d'Europe ?

 

Cette fois, ils ont officiellement donné le coup d’envoi des négociations de paix. L’objectif est d’arriver à établir un plan de réunification de l’île, divisée depuis 34 ans.


Une fois établi, ce plan sera soumis par référendum au peuple de chaque communauté et, s’il est approuvé, il servira de base à l’établissement d’une Constitution de l’île.

 

Le dernier plan des Nations unies, en date du 24 avril 2004, n’avait pas trouvé l’approbation du peuple chypriote grec -qui l’avait rejeté à 76%. Un souvenir amer pour les habitants de l’île qui continuent de croire à une solution.

 

Les dirigeants chypriotes entreront dans le vif des négociations dès le 11 septembre avec à l'ordre du jour les questions de gouvernement et le partage du pouvoir dans ce qui sera la "Fédération chypriote" si les négociations aboutissent.


Le rendez-vous entre les deux leaders chypriotes, amis de longue date, deviendra hebdomadaire en plus d’une ligne téléphonique sécurisée qui sera mise en place, pour avancer rapidement sur la rédaction d’un plan de réunification.

 

Malgré le climat positif et l’espoir qui a envahit l’île depuis l’arrivée au pouvoir du président chypriote grec, un certain scepticisme pèse dans les deux communautés. Cela fait quarante ans que les Nations unies essaient de faire approuver un plan. Plus de 15 envoyés spéciaux se sont penchés sur la question chypriote et aucune solution n’a jamais été trouvée.

 

A présent, la conjoncture politique et sociale joue un rôle plus important. Et pour cause, le leader turc Mehmet Ali Talat est en difficulté selon les derniers sondages ; et ce à quelques mois des prochaines élections dans la partie nord de Chypre.
De son côté, le chypriote grec Dimitri Christofias espère que l’échéance européenne de la Turquie incitera celle-ci à retirer ses troupes armées de l’île et à laisser une indépendance de décision au leader chypriote turc.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.