Accéder au contenu principal

Mugabe lance un ultimatum à Tsvangirai

Le président zimbabwéen Robert Mugabe menace de former un nouveau gouvernement si le chef de file de l'opposition, Morgan Tsvangirai, refuse de signer, ce jeudi, l'accord de partage du pouvoir qui lui est proposé.

PUBLICITÉ

Voir notre dossier sur l'élection présidentielle au Zimbabwe.

 

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a annoncé qu'il formerait "certainement" un gouvernement si le leader de l'opposition Morgan Tsvangirai ne signait pas jeudi un accord sur un partage du pouvoir, a rapporté le quotidien d'Etat The Herald.

"On ne peut laisser s'éterniser cette situation où nous n'avons pas de gouvernement. Si après demain (jeudi), Tsvangirai ne veut pas signer, nous allons certainement former un gouvernement", a déclaré le président à son retour de Zambie mercredi.

"Nous savons que le gouvernement britannique est derrière tout cela. C'est lui qui ne veut pas d'accord et tant qu'il refuse, il (Tsvangirai) ne va pas signer. Ils veulent que les sanctions se poursuivent pour nous forcer à signer un accord avec eux", a-t-il poursuivi, faisant référence aux sanctions de l'Occident à l'encontre de son régime.

Le président Mugabe avait assisté mercredi à Lusaka aux funérailles de son homologue zambien Levy Mwanawasa en présence de M. Tsvangirai et du président sud-africain Thabo Mbeki, médiateur dans cette crise.

Selon The Herald, M. Mbeki est attendu jeudi à Harare pour que le leader de l'opposition signe l'accord. La présidence sud-africaine a démenti jeudi matin ce déplacement au Zimbabwe.

Il devrait proposer que tous les pouvoirs exécutifs de son homologue zimbabwéen soient "discutés" afin de les diviser en parts égales entre MM. Mugabe et Tsvangirai, a indiqué le quotidien sud-africain Business Day dans son édition de jeudi.

"Mbeki pourrait proposer que les deux hommes co-président le gouvernement", a précisé le journal.

La veille, M. Tsvangirai avait déclaré que les négociations sur un partage du pouvoir étaient "dans l'impasse" car le chef de l'Etat voulait garder le contrôle des forces de sécurité.

Selon un accord sur le partage du pouvoir établi à l'issue de près de trois semaines de négociations, M. Tsvangirai deviendrait Premier ministre et M. Mugabe garderait la présidence.

Ces négociations sur un accord de gouvernement d'union, entamées fin juillet, ont été suspendues le 12 août.

Le président Mugabe a déclaré la semaine dernière, après avoir ouvert le Parlement, qu'il annoncerait "prochainement" son gouvernement, ce que conteste l'opposition tant que les négociations sur un partage du pouvoir n'ont pas abouti.

Les deux parties ont rencontré vendredi à Pretoria le médiateur pour tenter de sortir le pays de la crise, née de la défaite historique du régime aux élections générales en mars, puis de la réélection controversée fin juin du chef de l'Etat, 84 ans, qui dirige le pays depuis l'indépendance en 1980.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.