US OPEN

Federer en finale pour un cinquième titre consécutif

Roger Federer visera un cinquième titre consécutif à l'US Open après son succès en demi-finale samedi face au Serbe Novak Djokovic 6-3, 5-7, 7-5, 6-2, en deux heures et 45 minutes de jeu.

Publicité

Roger Federer visera un cinquième titre consécutif à l'US Open après son succès en demi-finale samedi face au Serbe Novak Djokovic 6-3 5-7 7-5 6-2, en deux heures et 45 minutes de jeu.
 

Mais il devra attendre dimanche pour connaître l'identité de son adversaire. En effet, les organisateurs ont officiellement
suspendu toutes les rencontres prévues ce samedi, y compris la finale dames entre Serena Williams et Jelena Jankovic, reportée à dimanche.

 
La deuxième demi-finale, entamée à 12h30 heure locale sur le court Louis Armstrong, a été interrompue par l'orage alors
qu'Andy Murray menait deux manches à zéro 6-2 7-6 face à Rafael Nadal. L'Espagnol avait fait le break (3-2) dans le troisièmeset.

  
Brillant au service (20 aces) et s'appuyant sur un coup droit dévastateur, Federer n'a pas laissé l'ombre d'une chance
au Serbe malgré un instant d'égarement dans le 12e jeu de la deuxième manche, où il a connu sa seule baisse de régime.

 
"Pouvoir envisager un cinquième titre ici alors que cela n'a pas été fait depuis 1924, c'est énorme", a dit le Suisse.

 
"J'avais pu ressentir l'impact d'un cinquième titre à Wimbledon. Je sais que traditionnellement, je monte en puissance
dans un tournoi. Tactiquement, je l'ai bien joué car il avait de la peine en fond de court."

 

"J'AVAIS DEMANDÉ À JOUER EN PREMIER"

 
Le numéro deux mondial était content d'avoir pu achever son match avant le déluge provoqué par l'orage tropical Hanna.

 
"J'avais demandé à jouer en premier. Mais je n'étais pas content d'avoir été programmé à 11 heures du matin. Et encore
moins que le deuxième match ait dû débuter sur le court Louis Armstrong car les quatre gars méritaient le Central."

 
"Ce n'était pas la grande fête annoncée, le stade n'était pas plein au début. Mais je suis content d'avoir fait ma
partie."

 
Le Suisse a admis que Novak Djokovic avait pu être perturbé par la chute de sa cote de popularité, après la polémique née de ses innombrables recours au soigneur. Andy Roddick avait stigmatisé ce comportement avec un humour mal compris par Djokovic.

 
"Peut-être que ça l'a travaillé."

 
"Il était plus timide dans son attitude après son problème avec Roddick. Moi, je serais déçu si j'étais apprécié et si
soudainement je n'étais plus aussi bien accepté. C'est dur pour un jeune de 21 ans qui n'a pas trop d'expérience", a estimé le Suisse.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine