FOOTBALL

Objectif Mondial 2010 pour les Bleus

L'équipe de France débute les éliminatoires du Mondial 2010 en affrontant l'Autriche. Après un Euro 2008 catastrophique, l'équipe de France et Domenech jouent gros.

Publicité

PARIS - L'équipe de France entame samedi un nouveau périple censé la conduire à la Coupe du monde 2010 par un déplacement en Autriche surtout périlleux pour Raymond Domenech, toujours à la barre malgré l'échec à l'Euro.

Conformément au nouveau discours officiel, le sélectionneur promet une équipe enthousiaste et portée par la volonté de marquer des buts à Vienne.

De son propre aveu, ces propos ne sont qu'"enrobage" et l'essentiel réside ailleurs: les Bleus doivent gagner pour ne pas traîner un mauvais résultat comme un boulet jusqu'à la fin des qualifications pour le Mondial en Afrique du Sud.

Le calendrier propose à la France une entrée en matière compliquée dans le groupe 7. Quatre jours après le voyage en Autriche, elle reçoit la Serbie avant de se rendre en Roumanie en octobre.
Elle ne rencontrera qu'ensuite les adversaires supposés les plus faibles, la Lituanie, pour un troisième déplacement en quatre matches, et les Iles Féroé.

Raymond Domenech n'a pourtant guère de temps devant lui.

Après "l'échec retentissant" de l'Euro, quitté dès le premier tour avec un seul point et un seul but marqué, la Fédération française de football a présenté le "maintien sous condition" de Domenech comme "la solution la moins risquée".

"Aucune réponse ne résistera aux résultats", a alors prévenu Jean-Pierre Escalettes, le président de la FFF.


"Pas un match de touristes"


Le mérite essentiel de Raymond Domenech, ancien sélectionneur des Espoirs, est d'avoir engagé le processus de rajeunissement des Bleus.

En Autriche, la France doit faire sans Patrick Vieira et Willy Sagnol, une nouvelle fois blessés, Claude Makelele, qui ne souhaite plus porter le maillot bleu, ou encore Lilian Thuram, parti à la retraite.

Le renouvellement d'effectif n'est pas seulement contraint. Domenech a écarté Grégory Coupet au profit de Steve Mandanda dans les buts et Samir Nasri pourrait être préféré à Florent Malouda au milieu de terrain après son début de saison réussi à Arsenal.

Le sélectionneur a cependant prévenu sa jeune garde: l'Autriche est un adversaire coriace.

"Ce n'est pas un match de touristes. C'est un match de combattants. On les a vus jouer à l'Euro, athlétiquement c'est très haut et physiquement c'est une équipe qui met la pression sur l'adversaire", a-t-il dit.

"Si on n'est pas capable de résister aux duels, ce n'est pas la peine de rêver."

Le sélectionneur a prévu d'aligner à Vienne une équipe qui "ressemblera fortement à (celle) qui a commencé en Suède", lors de la victoire 3-2 en amical le 20 août.

Co-organisateur du tournoi, l'Autriche a elle aussi disparu de l'Euro dès le premier tour. Contrairement à la France, elle n'a pas déçu ses supporters avec un match nul contre la Pologne et deux défaites honorables face à l'Allemagne et à la Croatie.

Désormais dirigée par l'ancien sélectionneur tchèque Karel Brückner, elle a tenu l'Italie en échec 2-2 en août à Nice.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine