TURQUIE - ARMÉNIE

Une "volonté politique" d'apaisement, selon Gül

"Nous avons la volonté politique de résoudre les différends entre les deux pays", a affirmé le président turc, en visite historique en Arménie, à l'occasion d'un match de foot entre les deux équipes nationales.

Publicité

Le président turc Abdullah Gül et son homologue arménien Serge Sarkissian ont affiché samedi leur "volonté politique" d'apaiser les relations après des années d'acrimonie entre les deux pays, à l'occasion de la première visite d'un chef d'Etat turc en Arménie.

M. Gül a quitté Erevan peu avant minuit (19H00 GMT) après une visite de quelques heures émaillée de manifestations de nationalistes exigeant une reconnaissance du "génocide arménien" qui remonte à l'empire ottoman au début du XXe siècle.

"Nous avons la volonté politique de résoudre les différends entre la Turquie et l'Arménie. J'espère que cette visite pourra créer la possibilité d'améliorer nos relations", a affirmé M. Gül à Erevan, repris ensuite quasiment dans les mêmes termes par M. Sarkissian.

"Nous avons échangé sur la façon de favoriser la stabilité et la coopération dans le Caucase", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse commune avec son homologue arménien.

Le Caucase, une région riche en hydrocarbures et l'un des enjeux majeurs de la course mondiale aux ressources énergétiques, est en proie à de graves tensions notamment après l'entrée des troupes russes en Géorgie début août.

Ce conflit a donné lieu samedi à une nouvelle passe d'armes entre Moscou et Washington qui s'accusent mutuellement d'alimenter les tensions dans la région pour leurs propres intérêts stratégiques et économiques.

Cette crise a poussé Ankara à revoir sa politique dans le Caucase, favorisant le réchauffement des relations turco-arméniennes, avait déclaré vendredi soir le ministre turc des Affaires étrangères, Ali Babacan.

"Quand on regarde une carte du Caucase, on voit l'Arménie", avait-il reconnu.

Signe d'un réchauffement diplomatique entre Ankara et Erevan, M. Sarkissian a annoncé que M. Gül l'avait invité en Turquie à l'occasion du match retour Turquie-Arménie de qualification pour le mondial 2010 de football.

M. Sarkissian avait invité son homologue à l'occasion du match aller auquel les deux dirigeants ont assisté ensemble samedi soir, remporté 2 à 0 par les Turcs.

M. Gül est le premier président turc à se rendre en Arménie depuis l'indépendance en 1991 de cette ex-république soviétique, avec laquelle Ankara n'entretient pas de relations diplomatiques en raison de divergences sur le caractère des massacres d'Arméniens commis entre 1915 et 1917 en Anatolie.

Des mesures de sécurité renforcées ont été mises en place dans la capitale arménienne à l'occasion de cette visite qui a été accompagnée toute la journée par des centaines de manifestants, à l'appel du parti nationaliste Dachnak Tsoutioun.

"Reconnaissance", "arrêtez de nier le génocide", scandaient notamment les manifestants qui ont hué M. Gül à son arrivée à la présidence et ont formé une chaîne humaine aux abords de l'aéroport. Il ont aussi organisé une marche aux flambeaux devant le mémorial dédié au "génocide arménien".

Les sifflets et les huées ont également retenti dans le stade dès l'arrivée de M. Gül qui s'est installé derrière les vitres blindées de la tribune présidentielle.

La presse arménienne restait prudente sur l'issue de cette visite, les experts voyant un premier pas qui ne devait toutefois pas déboucher sur un rétablissement des relations diplomatiques dans un avenir proche.

L'Arménie estime que les massacres commis sous l'empire ottoman ont fait jusqu'à 1,5 million de morts et constituent un génocide, une position adoptée par plusieurs pays, dont la France, mais catégoriquement rejetée par la Turquie.

La Turquie a fermé sa frontière avec l'Arménie en 1993 pour soutenir l'Azerbaïdjan turcophone dans son conflit avec l'Arménie sur la région du Nagorny-Karabakh, enclave peuplée d'Arméniens en territoire azerbaïdjanais, dont la sécession a conduit à une guerre entre les deux pays.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine