Accéder au contenu principal

O.J. Simpson risque la prison à vie à Las Vegas

O.J. Simpson comparaît pour vol à main armée et enlèvement. Il risque la prison à vie. Le procès, devant un tribunal de Las Vegas, a lieu 13 ans après son acquittement controversé pour les meurtres de son ex-femme et de son ami.

Publicité

Treize ans après son spectaculaire acquittement dans une affaire de meurtre, O.J. Simpson répond à partir de lundi de vol à main armée et d'enlèvement devant un tribunal de Las Vegas, qui pourrait l'expédier en prison jusqu'à la fin de ses jours.

Ancienne vedette de football américain, Orenthal James Simpson est visé par 12 chefs d'inculpation, dont 11 criminels, découlant d'un incident le 13 septembre 2007 dans un hôtel-casino de la capitale américaine du jeu au Nevada (ouest).

Selon l'accusation, Simpson, escorté de cinq hommes de main, a dérobé des souvenirs sportifs personnels à des revendeurs, sous la menace d'armes. Mais l'accusé a affirmé que ces objets lui avaient été volés et qu'il ne voulait que récupérer son dû.

Quatre co-accusés ont conclu des accords avec le parquet pour témoigner contre Simpson et le sixième homme impliqué dans l'affaire, Clarence Stewart. Les victimes présumées sont les marchands d'objets de collection Bruce Fromong et Alfred Beardsley.

Simpson, 61 ans, célèbre pour avoir été acquitté en 1995 par un jury des meurtres de son ex-épouse et de l'ami de celle-ci au terme d'un procès à grand spectacle à Los Angeles, assure qu'il ne savait pas que deux de ses compagnons étaient armés.

La rencontre avait été arrangée par un autre marchand, Thomas Riccio, qui avait enregistré l'incident sur bande audio et l'avait revendu à un site internet spécialisé dans les célébrités.

M. Fromong assure que Simpson et son groupe ont raflé des centaines d'objets.

Des juristes ont estimé qu'une telle affaire n'aurait pas dû atterrir devant l'équivalent d'une cour d'assises, mais que l'identité de l'accusé principal, toujours hautement controversé aux Etats-Unis, avait brouillé les cartes.

"Rien n'est normal dans une affaire O.J., parce que c'est O.J.", a affirmé l'ancienne procureur fédérale Laurie Levenson, qui avait couvert le procès de 1995 pour une télévision. "Quelqu'un qui peut être innocenté d'un double homicide malgré des preuves ADN n'est pas un accusé normal. Il va y avoir une certaine pression pour une revanche du système judiciaire dans cette affaire", dit-elle.

Le procès doit commencer par la sélection des jurés. Cinq cents personnes ont été présélectionnées et ont dû remplir un questionnaire de 26 pages pour indiquer notamment quels étaient leurs sentiments envers l'accusé.

Selon l'un des avocats de Simpson, Gabriel Grasso, la stratégie de la défense sera de tenter de jeter le doute sur la crédibilité des quatre complices présumés devenus témoins à charge. Tous possèdent un casier judiciaire, tandis que Simpson n'a jamais été condamné dans une affaire criminelle.

Mais l'enregistrement audio de l'incident risque de peser lourd, note l'avocat de Las Vegas David Chesnoff, spécialisé dans les affaires impliquant des célébrités.

"La coopération des participants et la voix d'O.J. Simpson sur les enregistrements pourraient provoquer de gros problèmes. Le ton de sa voix pourrait être important, s'il est menaçant envers les victimes présumées", note ce juriste.

L'intérêt du public américain pour cette affaire est important, même s'il n'a encore rien à voir avec le cirque médiatique du procès de 1995, selon la vice-présidente de la télévision TruTV Marlene Dann. Spécialisée dans les crimes et la justice, la chaîne câblée prévoit de couvrir tous les débats en direct.

"Si les messages électroniques que nous recevons sont un indice, ce procès intéresse énormément. Je pense que les gens veulent voir s'il ira enfin en prison", dit-elle.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.