AFGHANISTAN

Bush: "Notre pays pleure chaque vie innocente"

Un bombardement des forces internationales censé viser les Taliban aurait tué au moins 90 civils le 22 août. Dans un discours qu'il doit donner mardi, le président américain déplore les pertes civiles causées par les combats en Afghanistan.

Publicité

Le président américain George W. Bush a déploré les pertes civiles causées par les combats en Afgfhanistan et donné l'assurance qu'il veillait à ce que les opérations contre les extrémistes épargnent les populations, selon un discours qu'il devait prononcer mardi.

"Malheureusement, il arrivera que la traque de notre ennemi cause accidentellement la mort de civils", devait dire M. Bush dans ce discours que la Maison Blanche a publié lundi et qu'il prononcera après ce qui pourrait être l'une des bavures les plus meurtrières en sept ans de guerre en Afghanistan.

"Cela est arrivé tout au long de l'histoire de la guerre, pourtant notre pays pleure chaque vie innocente", devait dire M. Bush sans évoquer explicitement cette affaire en particulier.

"J'ai donné ma parole au président (afghan Hamid) Karzaï que l'Amérique coopèrera étroitement avec le gouvernement afghan pour assurer la sécurité des Afghans tout en préservant les innocents", devait-il dire dans ce discours consacré à l'Afghanistan, à l'Irak, mais aussi au Pakistan.

Selon le gouvernement afghan et l'ONU, un bombardement des forces internationales censé viser les insurgés aurait tué au moins 90 civils le 22 août. Les forces américaines, qui jusqu'alors niaient, ont indiqué réexaminer les conclusions de leur enquête à partir de nouveaux éléments.

Il proviendrait d'une vidéo dont l'AFP a obtenu copie et qui montre au moins 30 corps, dont plusieurs enfants, roulés dans des linceuls et des couvertures alignés dans une mosquée.

Le 2 septembre, la coalition Operation Enduring Freedom, commandée par les Etats-Unis, avait affirmé qu'une enquête interne avait confirmé la mort de "cinq à sept" civils et de 30 à 35 talibans au cours du bombardement du village d'Azizabad, démentant implicitement le chiffre de 90 morts. 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine