Accéder au contenu principal

Le baril de brut sous le seuil des 100 dollars

Pour la première fois depuis avril, le prix du baril de Brent est tombé sous le seuil symbolique des 100 dollars, mardi à Londres, atteignant 99,30 dollars. Le même jour, l'Opep a décidé de laisser ses quotas de production inchangés.

Publicité

Le prix du baril de brut, en baisse, a franchi mardi la barre des 100 dollars à Londres et s'en rapprochait à New York, alors que l'Opep semblait tentée par le statu quo sur sa production et que la menace de l'ouragan Ike s'éloignait.

A Londres, le baril de Brent est tombé mardi sous les 100 dollars pour la première fois depuis le 2 avril, reculant jusqu'à 99,30 dollars.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en octobre a clôturé à 103,26 dollars, cédant 3,08 dollars par rapport à son cours de clôture de lundi.

"Les investisseurs s'attendent à ce que l'Opep ne prenne aucune mesure" lors de sa réunion de Vienne, ouverte mardi soir, et "maintienne ses quotas", alors même que la demande semble ralentir dans de nombreux pays, a indiqué Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

"Le plus probable est que nous allons rester au niveau de production où nous nous trouvons en ce moment", a estimé le président en exercice de l'Opep, le ministre algérien de l'Energie Chakib Khélil. Il a toutefois précisé qu'il fallait "encore voir s'il y avait un consensus".

Le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Nouaïmi a jugé que le marché était "assez bien équilibré" et laissé entendre que Ryad ne s'inquiétait pas de voir le prix du baril retomber sous la barre des 100 dollars, ayant agi en ce sens.

Les cours du pétrole ont également subi les changements de prévision de la trajectoire de l'ouragan Ike qui était susceptible de frapper la région du Golfe du Mexique, où un quart de la production pétrolière américaine est concentrée.

L'ouragan Ike "a bougé plus au sud" et la production qui avait été arrêtée la semaine dernière à l'arrivée de l'ouragan Gustav, "pourrait reprendre plus tôt que prévu", a expliqué M. Lipow.

Les stocks hebdomadaires de pétrole, publiés mercredi, devraient cependant afficher un repli, conséquence de la fermeture de raffineries et de plateformes à l'arrivée de l'ouragan Gustav.

Les prix du pétrole reculent également en raison de la remontée du dollar qui a touché mardi dans les échanges asiatiques un nouveau plus haut, depuis octobre 2007, se rapprochant du seuil de 1,40 dollar pour un euro.

La remontée du dollar face à l'euro décourage les achats de matières premières libellées en dollars, car elle érode le pouvoir d'achat des investisseurs munis d'autres devises. Elle incite aussi les investisseurs à racheter des dollars au détriment d'autres placements, tels que les matières premières.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.