RELIGION

Ces chrétiens qui font le ramadan

Ils s'appellent Guillaume, Jean-Pierre et Miguel, sont français de confession catholique. Tous trois ont choisi d'observer le ramadan, pendant un jour, une semaine ou dans son intégralité. FRANCE 24 est allé à leur rencontre.

Publicité

Guillaume Maillet, étudiant en médecine, fait du mois de ramadan - mois sacré pour les musulmans - un "cadeau" qu’il offre chaque année à sa compagne. "Je fais le ramadan depuis deux ans et je pense encore le faire à l’avenir. Je n’y perds rien. Physiquement, c’est supportable. Et affectivement, j’ai l’impression de prouver mon amour à ma moitié", explique-t-il.


Mais sans vouloir trop en faire non plus, Guillaume choisit de jeûner uniquement les jours où il ne travaille pas. Car ce qu’il aime par-dessus tout, c’est l’ambiance qui règne à la maison avant la rupture du jeûne. "Le soir, ça me fait plaisir de partager l’iftâr [premier repas après une journée d’abstinence] avec mon amie. C’est comme si nous recevions une récompense. Il y règne une certaine euphorie." Des moments qui ne sont pas sans lui rappeler la découverte des cadeaux déposés aux pieds de la cheminée par le père Noël. "La journée et la nuit du 24 décembre, on attend, tout excité, ce moment."


Tout en avouant penser symboliquement aux gens rongés par la faim, Guillaume admet en revanche n’être guidé par aucune motivation spirituelle.

 

 

"Je ne bois même pas en cachette !"

 

 


Dieu, islam, mektoub [destin], spiritualité, religion… Des mots qui reviennent comme une antienne pendant le mois de ramadan. Mais pour Jean-Pierre Malvis, ils ne signifient pas grand-chose. Cet informaticien de 32 ans reconnaît éprouver déjà beaucoup de mal à respecter les préceptes de la religion catholique. Contrairement à Guillaume, il avoue observer le jeûne uniquement un ou deux jours en signe "de solidarité et de respect" pour sa femme. "En gros, je fais comme elle. Je ne mange pas. Je ne fume pas. Et je m’impose les mêmes interdits que ceux auxquels elle fait face. Et figurez-vous... Je ne bois même pas en cachette !"

 

Quelles leçons tire-t-il alors de ses journées sans nourriture ? Pas grand-chose, de l’aveu de cet agnostique qui se décrit comme un "jeûneur du dimanche". "Hormis le fait que, dans l’histoire, le ramadan est fait pour que les riches ressentent ce que vivent les pauvres, je ne lui trouve pas d’autres missions." Et de préciser avec une note d’amertume : "Moi, au moins, je sais que le soir je vais manger à ma faim, alors que le pauvre, lui, ne sait pas quand il va se nourrir. C’est cela que je trouve un peu faux dans le ramadan."


Ce n’est pas le cas de Miguel Chemin, 24 ans, qui vit à Arcueil, en banlieue parisienne. Lui baigne complètement dans l’ambiance religieuse qui caractérise ce mois sacré. Chrétien, converti à l’islam après avoir épousé une Tunisienne, Miguel ne fait pas dans la demi-mesure. Il observe le jeûne durant tout le mois de ramadan et veille à accroître ses activités religieuses. "La première fois, j’ai jeûné seulement quatre jours. Mais depuis 4 ans, je le fais [ramadan, ndlr] en entier."

 

 

"Le ramadan purifie mon corps et lave mes péchés"

 

  

Armé de foi et de volonté, Miguel n'observe, avoue-t-il, le jeûne que pour Dieu. Au départ, il le faisait pour plaire à son amie. C’était le début de leur idylle et il fallait bien donner des gages de sérieux à la famille de celle qui est devenue sa femme. Aujourd’hui, il ne compte plus les bienfaits de ce mois. "Il purifie mon corps et mon âme. Il lave tous mes péchés et me permet de faire un pas supplémentaire vers le maître de l’Univers." Il ajoute : "Demain, même si je ne suis plus avec ma femme, je poursuivrai quand même dans la même voie. C’est le mektoub. Dieu a fait que mon chemin croise celui de l’islam."

 


Quel est le nombre de chrétiens adeptes du ramadan en France ? La question étonne un responsable de la mosquée de Paris qui avoue ne s’être jamais penché sur la question. "Il est vrai que beaucoup de catholiques viennent manger à la mosquée au moment de l’iftâr, mais nous n’avons jamais pensé leur demander s’ils jeûnaient ou pas. C’est une question sensible qui relève de la vie privée", admet-il.


Près de 4 millions de musulmans vivent en France. C'est la deuxième religion du pays après le christianisme. Le nombre de mariages mixtes est également en perpétuelle augmentation. D'après les statistiques de l'Institut national des études démographiques (INPED), près de 20 000 mariages mixtes ont été contractés durant la seule année de 2006.

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine